le merle de la ville captive de Moncef Mezghanni

le merle de la ville captive de Moncef Mezghanni

Pas d’eau dans le robinet
il n’a pas trouvé de l’eau dans le réfrigérateur
………………………………….
Il a trouvé de la bière
(il s’est rasé la barbe avec sa mousse
une barbe enivrée
a poussé)

« La poésie de Moncef Mezghanni est authentique et par là même unique. N’en déplaise aux ignares qui rient quand le poète récite ses vers, mais le rire, qui n’est que « du mécanique plaqué sur du vivant » (Bergson), est une solution, voire la solution devant les drames et les tragédies que l’Homme vit au quotidien. Ne soyons donc pas naïfs ; l’ancien Directeur de la Maison de la Poésie de Tunisie n’est ni un poétereau ni un clown. Ceux qui s’y connaissent en poésie, chez nous en Tunisie, partout dans le Monde arabe et aux quatre coins du monde, peuvent en témoigner : ce que Moncef Mezghanni a réalisé, depuis la parution de Grappes de la joie vide, en 1981, jusqu’à la parution de Ici la Tunisie, le Journal en 2012, en passant par Graines et affections, en 2010, relève non seulement de la prouesse poétique mais encore de la révolution. »
Aymen Hacen

Paru le 1er octobre 2014

Éditeur : Fédérop

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Momin Latif

AVIS À L’AMOUREUX

Ne sors pas dans la rue
L’âme trop visible
Sur tes yeux
On devinera ton cœur
Qui bat
Ton foie gorgé de sang
Tes entrailles qui frémissent
Tu feras rire les enfants
Tu rencontreras peut-être
Le fauve
Que tu aimes tant
Ne lui fais pas peur
Ne sors pas dans la rue

Momin Latif, Peut-être moi, Dumerchez, 2007.