Zones d’admiration

Auteur : Jean Esponde

Zones d'admiration

Ces moments privilégiés concernent la Corne d’Afrique, la Chine, la Grèce ancienne, La Crète minoenne mais aussi la peinture.

Et pourtant un inachevé étonnant dans le monde qu’il crée, un manque voulu.

Après la proclamation des résultats, les Maîtres s’approchent du jeune homme vainqueur resté à l’écart, immobile, assis contre l’arbre.

Impressionnés, ils ont longtemps délibéré ; et le détail manquant à chaque abeille les laisse perplexes : une patte, le dernier trait pour conclure une aile… Interrogé, l’inconnu explique sa crainte : avec la dernière touche, les abeilles risquaient de s’envoler.

Une fois ces préparatifs achevés, elle touille goulûment le tout au gros pinceau, oblige des couleurs à s’imposer, imbibe une brosse de matière épaisse, la répand délicatement sur la toile. C’est une autre peau, une autre chair, un corps apaisé. Elle n’aura pas d’hallucinations aujourd’hui.

Paru le 30 juin 2021

Éditeur : Atelier de l’agneau

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.