Zindiens

Auteur : Hervé Le Tellier

Zindiens

Notre Auber qui êtes Jussieu Que Simplon soit Parmentier Que Ta Volontaire soit Place des Fêtes Que ton Rennes arrive Sur Voltaire comme Courcelles Donne-nous Galliéni notre Havre-Caumartin Et ne nous soumets pas à la Convention Cambronne-nous nos Défense Comme nous Odéon à ceux qui nous ont Maraîchers Délivre-nous des Halles, Miromesnil. Hervé Le Tellier livre ici moult petits textes tristes ou joyeux, très formels ou moins, mais toujours empreints de l’esprit oulipien qui souffle sur sa prose et sa poésie.

Paru le 1er avril 2009

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.