Zahra au pays d’aimer veille de Serge Kaliz

Ce livre est le premier poème de quelqu’un qui n’est pas un "homme de lettres" au sens classique du terme mais un architecte, que la passion amoureuse a fait poète et qui se risque dans l’écriture.

Un livre d’enthousiasme, emporté par un élan communicatif où l’on voit que l’on voit que l’on n’en a jamais fini avec l’amour fou, la douleur et le bonheur d’aimer…

"Mon amour est trop grand
Il te ferait si peur
Mais regarde moi bien
Mon coeur est si petit
Mon amour est trop grand
Devrais-je t’aimer petit
Tel une nanomatière
Errant dans l’atmosphère
Particule invisible
En quête de l’impossible."

Paru le 1er mai 2005

Éditeur : Le Temps des cerises

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Christian Morgenstern

« Nouvelles créatures proposées à la nature »

« Nouvelles créatures proposées à la nature »

L’oiseau-bœuf
Le dromadaire palmé
Le lion luisant
La roucouleuvre
Le hibou de manchon
Le cachalair
La punaise tentaculaire
Le taureau à sonnette
Le bœuf-paon
Le renard-garou
Le gentignol
Le pinson-scie
Le carlin d’eau douce
Le rat de vin
L’engouletempête
Le ver de ciel
Le chameau-épic
Le rhinocétalon
L’œillet-dinde de Noël
L’hommefeuille

Christian Morgenstern, Les chansons du Gibet, Die Galdenlieder, traduit de l’allemand par Jacques Busse, Les Cahiers Obsidiane, 1982.