Yves Rouquette

Né à Sète en 1936. A écrit, en Occitan, une quarantaine d’ouvrages : poèmes, nouvelles, romans, essais, théâtre, traductions.
Homme de scène : conteur, lecteur public, comédien, journaliste-chroniqueur à La Dépèche du Midi, Terre des Vins.

Extrait

Tota lenga es la de l’ostal
o pas que bruch sens poder sul silenci.
Las paraulas se daissan menar
al masèl coma aqueles buous
que vesiàs pastencar dins la comba
bana contra bana, e coma
s’éran juntats pel jo encara.

Toute langue est celle de la maison
ou seulement bruit sans pouvoir sur le silence.
Les mots se laissent mener
à l’abattoir comme ces boeufs
que tu voyais paître dans la combe
corne contre corne, comme s’ils étaient encore
tenus ensemble par le joug.

Extrait de "Tota lenga" (Toute langue) traduction Alain freixe, Poésies du Monde, Éditions Seghers, 2003.

Bibliographie

Derniers ouvrages parus

  • Le Chant des Millénaires, poèmes.
  • L’Escritura publica o pas (l’Écriture, publique ou non), poèmes.
  • Le Bel Aujourd’hui ?, chroniques.
  • Le Poisson de bois dans le métro, nouvelle.
  • Le Fils du Père, roman.
  • La Mallette, nouvelle.
  • Messa pels porcs (Messe pour les cochons), poème.
  • Cathares, essai.

A participé à l’anthologie Poésies du Monde, co-édition Seghers/Printemps des Poètes, 2003.

Apologie

« Yves Rouquette, chantre de la culture occitane, est mort dimanche 4 janvier à l’âge de 78 ans à son domicile de Camarès, dans l’Aveyron, a annoncé lundi son entourage.

Né en 1936 à Sète, Yves Rouquette, qui exerça longtemps son métier de professeur de français à Béziers, s’est imposé au fil de ses écrits et de son action comme une figure incontournable de la défense et de la promotion de la langue occitane. Il fonda ainsi la revue Viure (1965-1973) et fut un des principaux animateurs du mouvement « Volèm viure al païs » (« nous voulons vivre au pays »), mouvement autonomiste et socialiste.

Il fut également à l’origine de la maison de disques Ventadorn (1969) consacrée à la chanson occitane, ainsi que du Centre international de documentation occitane (1974), devenu aujourd’hui le Centre interrégional de développement de l’occitan, installé à Béziers.

Impliqué dans la lutte des paysans du Larzac

Il avait mis en place une des premières écoles bilingues Calendreta, où l’enseignement est dispensé en français et en occitan. Il avait également été très impliqué dans la lutte des paysans du Larzac dans les années 70 et dans le mouvement de contestation des viticulteurs du sud de la France, en crise au milieu des années 70. Auteur d’une trentaine de recueils de poésie, de romans, de pièces de théâtre et autres contes, Yves Rouquette avait également traduit en occitan plusieurs chefs-d’œuvre de la littérature française (Giono, Molière) et italienne.

Yves Rouquette, époux de la femme de lettres Marie Rouanet, tenait encore récemment une chronique hebdomadaire dans l’édition dominicale de La Dépêche du Midi intitulée « Accent d’Oc ». Dans un message de condoléances, le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, a salué « l’engagement d’une vie » au service de la promotion de la langue et de la culture occitanes. Yves Rouquette « était aussi un homme de lettres de premier plan, attaché à la transmission de son amour des mots », a encore dit M. Malvy. »

Le Monde, le 5 janvier 2015.