Xavier Grall parmi les siens

Auteur : Xavier Grall

Un ouvrage collectif sur Xavier Grall

A paraître début 2013 aux éditions Rafael de Surtis, Xavier Grall parmi les siens, une anthologie préparée par Jacques Basse en hommage au poète Xavier Grall (1930-1981).

Illustré par les portraits au crayon de Jacques Basse et préfacé par Marie-Josée Christien, l’ouvrage croise les approches et les lectures avec les témoignages (Jean-Claude Albert Coiffard, Bruno Geneste, Jacqueline Saint-Jean, Pierre Tanguy, Gilles Baudry, Gérard le Gouic…) et réunit 113 voix de tous horizons poétiques et géographiques, amis et « compagnons d’encre » de Grall (Glenmor, Gwernig, Hélias, Laude…), poètes de plusieurs générations partageant sa quête pour une poésie sensible et rebelle, prenant sa source dans la vie et le réel.

Les 113 poètes réunis dans l’anthologie autour de Xavier Grall :

Xavier Grall. Duval. Glenmor. Quéré. Guillevic. Gwernig. Hélias. Laude. Le Gouic. Le Quintrec. Le Men. Perros. Tanguy. Wellens. Gloaguen. Laurent-Catrice. Colin. Christien. Jégou. Saint-Jean. Kermarrec. Allain-Guesdon. Allix. Arabo. Bailleul. Baglin. Baron. Baude. Baumier. Baudry. Bekri. Belleveaux. Bernard. Bernol. Bertholom. Biedermann. Billaud. Boulic. Briet. Bulting. Cabral. Cadou H. Cadou R-G. Capmal. Carn. Chaumorcel. Chenet. Cléry. Coiffard. Cosson. Couliou. Coulmin. Cousin. Dauphin. Daviaud. Derouard. Dirmeikis. Dobzinski. Drano. Dugué. Durieux. Garnier-Duguy. Geneste. Gilory. Gosztola. Grasset. Guénéguan. Guéno. Halbert. Hiriard. Jakobiak. Joquel. Josse. Kerangueven. Laâbi. Lavaur. Le Cleac’h. Le Corre. Le Dantec. Le Moigne. Lemoigne. Lejard. Le Roux. Lerner. Leroux. Louis-Combet. Massaut. Mathurin-Thébault. Maubé. Maxence. Mestas. Moign. Morillon-Carreau. Nédélec. Nicol. Noël. Orveillon. Padellec. Perron. Perroy. Sanda. Serreau Simon. Schesne. Schneider. Sourdin. Tardif. Temple. Thèbe. Thuillier. Torri. Touzeil. Vidal. Vigée.

Paru le 1er janvier 2013

Éditeur : Rafael de Surtis

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.