Voix de femmes. Anthologie. Poèmes et photographies du monde entier.

Auteur : Lionel Ray

Voix de femmes. Anthologie. Poèmes et photographies du monde entier.

Anthologie "Voix de Femmes. Anthologie. Poèmes
et photographies du monde entier". Sous la direction
d’E. Turgut. Préface et choix des poèmes par Lionel Ray.

Cet ouvrage, unique en son genre, donne la parole aux femmes et leur est dédié.

Poésie : 162 pays et peuples. 84 langues du monde.
343 poétesses connues de Sappho à nos jours.
477 poèmes dont 97 poèmes inédits en français.
Photographie : 49 photographes femmes (américaines, argentines, françaises, russes, italiennes, …)
104 photographies de femmes du monde entier.

Quatrième de couverture :
« Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ; j’écris pourtant. » Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859).

Cette tension entre la chape de l’interdit et la germination entêtée d’une écriture est au cœur de "Voix de femmes", authentique atlas d’une polyphonie immergée à travers
les âges, les pays, les mers et la monotonie du quotidien.

À la fois poétique et photographique, cette anthologie a tout du coquillage qu’on accole à l’oreille : elle bruisse de mille images, de mille mots s’entrelaçant et se dénouant au gré
de rencontres, de chocs parfois, où se télescopent les époques, les langues, les cultures et les imaginaires.

Fruit d’un travail inédit visant à recueillir, sur chaque continent, dans chaque langue ou civilisation, les voix féminines les plus fortes de la poésie, "Voix de femmes"
est une formidable invitation au voyage qui nous emporte
de l’Alaska en Tchoukotka (Sibérie) en passant par l’Afrique du Sud et nous projette dans la succession des siècles, depuis les vers de Sappho jusqu’à la poésie la plus contemporaine.

Torrent de voix, d’échos et d’images où des femmes disent
et photographient la vie, le monde, cette anthologie est
un projet pionnier, inattendu, une promesse.

Paru le 1er mars 2012

Éditeur : Turquoise

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.