Voix d’encre

Recueil après recueil comme au fil de sa revue qui paraît deux fois l’an, VOIX D’ENCRE publie aussi bien les inédits de quelques grands aînés d’hier que ceux des alliés substantiels du temps présent. Parce qu’il faut sans trêve agrandir davantage ce domaine où nous voulons respirer, tout parcourir du monde comme des possibles, toutes les dimensions du jour comme les innombrables ailleurs. Il faut encore ne pas mourir au moins avant d’avoir allumé pour jamais un brasier de mots tellement clair et brûlant qu’il semble les choses mêmes, comme le voulait Alain Borne.
Parce que l’encre, sinueuse ou vive, entre langage et silence, porte pour chacun sa lueur, noire et aveuglante. Et doit franchir en crépitant un à un chaque mur planté en travers de la liberté. Parce que la découverte d’un manuscrit, puis le partage de cette découverte, nous importent au plus haut degré. Publiant, nous donnons à lire ce que nous aurions tant voulu écrire, ce qui se glisse jusqu’aux nappes profondes de notre être ; publiant, ce sont mille et mille miroirs que nous tendons.
Enfin, parce qu’à nos yeux, éditer poètes et artistes - en leur offrant un espace typographique de qualité avec des livres de chair et d’encre - s’apparente en quelque sorte à une utopie concrète. À cet idéal qui permet des livres issus d’une collaboration active, féconde, exempte de précipitation et sourde aux sirènes du mercantilisme. Libres, des livres à trois voix, celles de l’artiste et du poète, celle de l’éditeur.
VOIX D’ENCRE, une maison tant pour le verbe que pour les arts picturaux.
"Aux éditions Voix d’encre, affirme Jeanine Baude, on fabrique de beaux livres où les illustrations font corps avec le texte. "
Et Alain Freixe : "On ne cherchera pas à savoir qui a commencé, du peintre ou du poète. Seul importe le dialogue établi par les soins de l’éditeur. "
Le livre ou l’irremplaçable croisée d’expressions multiples.
Les mots donnent corps à la parole, le livre propage la lumière des mots…
Editions de poésie
Revue de poésie

Type de livres
Beaux-livres avec peintures, encres, calligraphies, dessins, etc…

Mode de diffusion
Auto-diffusé, auto-distribué

Année de création : 1990

Nombre de parutions par an : 12

Tirage moyen : 600

Auteurs phares : Alain Borne, Lucien Becker, Adonis, Charles Juliet, Kenneth White, Jean-Yves Masson, Max Alhau, Michel Thion, Jean-Vincent Verdonnet, Gabrielle Althen

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeur : Alain Blanc
ablanc@free.fr

Contact

BP 83

26202

Montélimar cedex

L'Iris marchait de son odeur…

1er mars 2014

L’Iris marchait de son odeur…

Fac-similés de manuscrits de l’auteur
Après les trois anthologies de poèmes inédits du poète publiées chez Voix d’encre, voici un nouvel opus composé de divers textes en vers comme en prose : "L’iris marchait de son odeur…", une longue suite poétique inconnue jusqu’à ce jour, suivie de poèmes récemment retrouvés, d’un autoportrait de l’auteur, de son "art poétique"
extrait de deux conférences ainsi que de lettres sur Dieu et le mariage…
(Édition de proses et poèmes inédits a été établie par Alain (…)

Epigrammes d'un cynique d'Ambrose Bierce

1er mars 2014

Epigrammes d’un cynique d’Ambrose Bierce

Un livre inédit d’Ambrose Bierce publié en 1911 qui n’est pas sans parenté avec son fameux Dictionnaire du diable, où règne le même esprit sardonique et pourfendeur de celui qu’on surnomma “Bitter Bierce”, le “Tout-puissant Dieu Bierce” ou encore le “philosophe grincheux”. De son vivant, la question “qui est Ambrose Bierce ?” faisait déjà couler beaucoup d’encre ! Qu’est-ce donc qu’un cynique ? C’est pour l’acrimonieux lexicographe "une crapule à la vue défectueuse qui voit les choses comme elles sont et non (…)

Voix d'encre n°49

1er septembre 2013

Voix d’encre n°49

Au sommaire, proses et vers inédits de Jennifer Barber (traduit de l’américain par Emmanuel Merle), Gaetano Persechini, Jean Gabriel Cosculluela, Françoise Chabert, Patrick Werstink, François-H. Charvet, Nicole Barromé, Hervé Planquois & Isabelle Lévesque, Jean-Pierre Gandebeuf… Ce cahier est enrichi de dessins à l’encre de Yann Bagot.

LES COLIBRIS À RECULONS de Sabine HUYNH

1er septembre 2013

LES COLIBRIS À RECULONS de Sabine HUYNH

illustrateur : Craies noires de Christine Delbecq
Ces poèmes peuvent se lire comme une topologie de l’exil, dans le sillage des drôles d’oiseaux qui les traversent : pies silencieuses, oiseaux oniriques, effarés, grèbes errants, hérons cendrés hébétés, corbeaux orchestrant l’aube, fous pélagiques hurleurs, oiseaux aux œufs hors normes, oisillons qui migrent déjà. Et parmi eux, des colibris, les plus petits oiseaux de la planète, les plus rapides et les plus entêtés aussi, les seuls à pouvoir voler à (…)

TRIPTYQUE DE L’AUBE d’Irène DUBŒUF

1er septembre 2013

TRIPTYQUE DE L’AUBE d’Irène DUBŒUF

illustrateur : Peintures de Michel Verdet
Écrit en demi-teintes, le Triptyque de l’aube est un recueil « d’une grande sensibilité » comme le note Philippe Jaccottet dont les vers figurent en épigraphe. Si le thème de la mort occupe la partie centrale de cette suite poétique, la vie y règne de part et d’autre et c’est dans une nature métaphorique que l’auteure, à l’appel de l’aube, nous invite à « faire le tour du monde ou de soi-même ». Un voyage sans cesse renouvelé, entre ombre et lumière, entre ce qui (…)

Chaos d'éclat d'Alain RAGUET

1er octobre 2012

Chaos d’éclat d’Alain RAGUET

Vivre, vivre d’éclats poétiques, se laisser traverser par des fulgurances insoupçonnables, s’immerger en un feu ardent, vivant. Une expérience poétique à vivre ; habiter pleinement ce monde, ce réel scindé où tout être ouvert se fond, où "ruisselle sans fin le murmure l’immémoriale nuit", dans laquelle même l’apparition de la poésie est celle d’une puissance inattendue, surgie, bouleversante, une aspérité humaine à placer l’être en face de soi-même, une fougueuse volonté à vaincre le pari de la mort, à (…)

Voix d'encre n°47

1er octobre 2012

Voix d’encre n°47

Au menu, vers et proses inédits de :
Muriel Stuckel, Dans la césure de tes poèmes (à Béatrice Douvre)
Daniel Martinez, Encore et toujours
Calou Semin, Chasseurs d’orages
Emmanuel Merle, Schiste
Isabelle Lévesque, L’écrire
Agnès Adda, Notre théâtre
Monique Saint-Julia, Regards croisés
Franck Castagné, Pièces détachées, Lettre V
Illustrations :
Anne Gros-Balthasard, Calligraphies

Exercices d'assouplissement de Pierre-Albert JOURDAN

1er octobre 2012

Exercices d’assouplissement de Pierre-Albert JOURDAN

Bien que reconnue par ses pairs - et non des moindres, Yves Bonnefoy, René Char, Philippe Jaccottet, Roger Munier, Jacques Réda, Paul de Roux, pour ne citer que quelques-uns d’entre eux - l’œuvre de Pierre-Albert Jourdan, peu publiée de son vivant il est vrai, reste aujourd’hui encore largement méconnue et ignorée.
Pierre Chalvignac et Anne-Marie Vidal

Pas d'ici, pas d'ailleurs, anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines

1er juillet 2012

Pas d’ici, pas d’ailleurs, anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines

Les auteurs : Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire
Les 223 textes inédits ici rassemblés permettent autant d’entrées dans un cheminement poétique investi des questions de la demeure et du voyage, de l’exil, du familier et de l’étranger, du dedans et du dehors, des ballotements d’un enfant d’une culture à l’autre, des identifications multiples et des remises en cause de soi. Ces textes, qui sont l’œuvre de 156 femmes poètes qui écrivent en français – de France et d’ailleurs – (…)

<i>Dans l'insomnie de la mémoire</i>

1er octobre 2011

Dans l’insomnie de la mémoire

Pour Jean Orizet, c’est un poète qui “élève sa désespérance à la hauteur d’une morale avec du Cioran chez lui”. Dans le journal Le Monde, Alain Bosquet souligne que “Lapidaire parmi les lapidaires, Bernard Mazo arrive à une densité lumineuse que peuvent lui envier bien des poètes célèbres”. Monique Petillon dans le même quotidien écrit, à propos de La vie foudroyée : “Voici une poésie magnifique que traverse une lucidité lumineuse, une tension constante entre parole et (…)

Poème
de l’instant

Les quatre coins du cœur

Un garçon qui, avec le courage des simples, aimait ce qu’il désirait, admettait ce qui l’émouvait, bref, s’y livrait sans se débattre. Naïvement, comme plus personne – ou si peu – n’en avait la possibilité, le courage ou la simplicité en ce siècle.

Françoise Sagan, Les quatre coins du cœur, Éditions Plon, 2019.