Voix d’encre

Recueil après recueil comme au fil de sa revue qui paraît deux fois l’an, VOIX D’ENCRE publie aussi bien les inédits de quelques grands aînés d’hier que ceux des alliés substantiels du temps présent. Parce qu’il faut sans trêve agrandir davantage ce domaine où nous voulons respirer, tout parcourir du monde comme des possibles, toutes les dimensions du jour comme les innombrables ailleurs. Il faut encore ne pas mourir au moins avant d’avoir allumé pour jamais un brasier de mots tellement clair et brûlant qu’il semble les choses mêmes, comme le voulait Alain Borne.
Parce que l’encre, sinueuse ou vive, entre langage et silence, porte pour chacun sa lueur, noire et aveuglante. Et doit franchir en crépitant un à un chaque mur planté en travers de la liberté. Parce que la découverte d’un manuscrit, puis le partage de cette découverte, nous importent au plus haut degré. Publiant, nous donnons à lire ce que nous aurions tant voulu écrire, ce qui se glisse jusqu’aux nappes profondes de notre être ; publiant, ce sont mille et mille miroirs que nous tendons.
Enfin, parce qu’à nos yeux, éditer poètes et artistes - en leur offrant un espace typographique de qualité avec des livres de chair et d’encre - s’apparente en quelque sorte à une utopie concrète. À cet idéal qui permet des livres issus d’une collaboration active, féconde, exempte de précipitation et sourde aux sirènes du mercantilisme. Libres, des livres à trois voix, celles de l’artiste et du poète, celle de l’éditeur.
VOIX D’ENCRE, une maison tant pour le verbe que pour les arts picturaux.
"Aux éditions Voix d’encre, affirme Jeanine Baude, on fabrique de beaux livres où les illustrations font corps avec le texte. "
Et Alain Freixe : "On ne cherchera pas à savoir qui a commencé, du peintre ou du poète. Seul importe le dialogue établi par les soins de l’éditeur. "
Le livre ou l’irremplaçable croisée d’expressions multiples.
Les mots donnent corps à la parole, le livre propage la lumière des mots…
Editions de poésie
Revue de poésie

Type de livres
Beaux-livres avec peintures, encres, calligraphies, dessins, etc…

Mode de diffusion
Auto-diffusé, auto-distribué

Année de création : 1990

Nombre de parutions par an : 12

Tirage moyen : 600

Auteurs phares : Alain Borne, Lucien Becker, Adonis, Charles Juliet, Kenneth White, Jean-Yves Masson, Max Alhau, Michel Thion, Jean-Vincent Verdonnet, Gabrielle Althen

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeur : Alain Blanc
ablanc@free.fr

Contact

BP 83

26202

Montélimar cedex

<i>Fenêtres</i>

1er mars 2016

Fenêtres

HISTOIRE DU POÈME
Ce texte d’Adonis - écrit en 1977 - a été imprimé une première fois en quatre exemplaires par le peintre Claude Garanjoud en 2000.
En arabe et en français, il était enrichi de six encres-collages de l’artiste.
Il a été ensuite accueilli dans le numéro 35 de la revue Voix d’encre, une publication de septembre 2006 depuis longtemps indisponible.

Brefs

1er mars 2016

Brefs

Réédition de trois recueils du poète :
Brefs (1945)
suivi de
Orties (1953)
et de
Adresses au vent (1957).

Seuils

1er mars 2016

Seuils

Réédition de quatre recueils du poète :
Seuils (1943)
suivi de
Regardez mes mains vides (1945)
de
Op. 10 (1951)
et de
Treize (1955)

Voix d'encre, numéro 53

1er septembre 2015

Voix d’encre, numéro 53

Au menu proses et poèmes inédits de
Dominique SORRENTE, Les gens comme ça va
Jean-Luc COUDRAY, Sifflet bleu
Denis SCHILLINGER, Dépossédé, depuis ce jour
Olivier DOMERG, Une réplique végétale
Denis WETTERWALD, Livres et lumière
Jean-Pierre CHAMBON, La bibliothèque itinérante…
Lisa GEPPERT, Exister (avec insistance)
Jean Marc FOURNIER, Éclats de nuit
Gary SNYDER, La pratique sauvage
traduction Alain BLANC
Dessins de Nathalie (…)

Voix d'encre n°52

1er mars 2015

Voix d’encre n°52

Au sommaire proses et vers inédits de David Lowe (traduit de l’anglais par Alain Blanc), Bernard Bourel, Justine Neubach, Gérard Glatt, Rémi Resse, Raphaële Selval, Christian Ducos, Paul Bhers. Encres de Paule Riché.

PRÉSENCE D'ALAIN BORNE suivi de ALAIN BORNE OU LA PASSION LUCIDE par ALAIN BLANC

1er mars 2015

PRÉSENCE D’ALAIN BORNE suivi de ALAIN BORNE OU LA PASSION LUCIDE par ALAIN BLANC

Une vie brève, une œuvre forte, poignante, arpentée­ ici par Max Alhau et Alain Blanc, deux fervents lecteurs du poète ancré dans la Drôme. Ces deux approches sont suivies du poème Montélimar de Christophe Dauphin, d’une page d’Alain Borne “S’il existe quelque lecteur attentif”, de divers témoignages – entre autres de Pierre Seghers, Jean Follain, Paul Vincensini et Philippe Jaccottet – ainsi que d’une bibliographie complète. 2015 EST L’ANNÉE DU CENTENAIRE DE SA (…)

Terre de Luc Dietrich

1er mars 2015

Terre de Luc Dietrich

Auteur de deux romans autobiographiques, Le Bonheur des tristes et L’Apprentissage de la ville, Luc Dietrich était aussi poète et photographe.
Publié en 1936, Terre est le premier ouvrage où sont intimement assemblées ses vues de la nature et ses courtes proses poétiques, où récit et image forment un alliage unique.
Cet ouvrage est enrichi d’un texte paru dans la revue Fontaine de Max-Pol Fouchet : La chaîne des éléments ainsi que de divers témoignages sur l’écrivain-photographe, signés Michel Random, (…)

Aveux simples

1er mars 2015

Aveux simples

Encres de Marc PESSIN
Un incipit à René Rougerie suivi de "Le Jardin de Mortemart" puis d’ "Aveux simples", un parcours d’éditeur(s) donc, qui se fond et tresse le questionnement de l’écrivain tout le long de ce recueil. Écriture rouge, écriture chauffée à blanc, creusant le mot, la phrase et la page du même burin si Corriger et corriger encore lier et délier / le blanc entre les mots sa mesure pérenne […] sont : Aveux simples marée à l’étale quand le livre se ferme sur poursuivre et venir au jour encore (…)

Paysages nomades de François Teyssandier

1er octobre 2014

Paysages nomades de François Teyssandier

Les paysages, réels ou imaginaires, escortent chaque instant de notre vie. Par un jeu d’ombre et de lumière, de brumes et de couleurs, ils ne sont pas seulement des images plaquées sur notre œil. Ils imprègnent nos pensées, façonnent nos paroles qui leur permettent, en retour, d’exister dans la matière sonore des jours, le tournoiement sans fin des saisons, l’intemporalité friable des rêves. Les paysages jalonnent des terres inconnues que nous cherchons à découvrir avec une obstination d’insecte. Ils se (…)

revue Voix d'encre n°50

1er mars 2014

revue Voix d’encre n°50

Au sommaire proses et vers inédits de Judith Lewi, Constantin Kaïtéris, Philippe Vigny, Arnaldo Calveyra (traduit de l’argentin par Julia Azaretto), Minh-Triêt Pham, Étienne Paulin, Denitza Bantcheva.
Ce cahier est enrichi de dessins à l’encre de Marc Pabois.

Poème
de l’instant

La panthère des neiges

L’affût commande de tenir son âme en haleine. L’exercice m’avait révélé un secret : on gagne toujours à augmenter les réglages de sa propre fréquence de réception. Jamais je n’avais vécu dans une vibration des sens aussi aiguisée que pendant ces semaines tibétaines. Une fois chez moi, je continuerais à regarder le monde de toutes mes forces, à en scruter les zones d’ombre. Peu importait qu’il n’y eût pas de panthère à l’ordre du jour. Se tenir à l’affût est une ligne de conduite. Ainsi la vie ne passe-t-elle pas l’air de rien. On peut tenir l’affût sous le tilleul en bas de chez soi, devant les nuages du ciel et même à la table de ses amis. Dans ce monde il survient plus de choses qu’on ne le croit.

Sylvain Tesson, La panthère des neiges, Éditions Gallimard, 2019.