Voix d’encre, numéro 53

Voix d'encre, numéro 53

Au menu proses et poèmes inédits de

Dominique SORRENTE, Les gens comme ça va
Jean-Luc COUDRAY, Sifflet bleu
Denis SCHILLINGER, Dépossédé, depuis ce jour
Olivier DOMERG, Une réplique végétale
Denis WETTERWALD, Livres et lumière
Jean-Pierre CHAMBON, La bibliothèque itinérante…
Lisa GEPPERT, Exister (avec insistance)
Jean Marc FOURNIER, Éclats de nuit
Gary SNYDER, La pratique sauvage
traduction Alain BLANC

Dessins de Nathalie POUZET

Paru le 1er septembre 2015

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Alejandro Jodorowsky

C’est comme ouvrir un menhir avec les mains

Cessez de chercher, vous êtes la porte
et les gardiens qui en interdisent l’accès.
Chaque pas vous éloigne du nombril
chimères assoiffées d’aventure.
Vous croyez que le mariage vous libère de la mort
ou que l’argent vous marque dans la hiérarchie divine.
Cessez de chercher, la conscience est le philtre magique,
L’œil capable de rejoindre les orbites vides de Dieu
traversant la mort. Personne ne se rencontre soi-même
en parcourant les mers ou en explorant les cavernes.
C’est difficile, comme ouvrir un menhir avec les mains
car notre âme est plus dure que la pierre.

Alejandro Jodorowsky, Traduit de l’espagnol (Chili) par Martin Bakero et Emmanuel Lequeux
dire ne suffit pas, no basta decir, Le Veilleur Éditions, 2003.