Voix d’encre, numéro 53

Voix d'encre, numéro 53

Au menu proses et poèmes inédits de

Dominique SORRENTE, Les gens comme ça va
Jean-Luc COUDRAY, Sifflet bleu
Denis SCHILLINGER, Dépossédé, depuis ce jour
Olivier DOMERG, Une réplique végétale
Denis WETTERWALD, Livres et lumière
Jean-Pierre CHAMBON, La bibliothèque itinérante…
Lisa GEPPERT, Exister (avec insistance)
Jean Marc FOURNIER, Éclats de nuit
Gary SNYDER, La pratique sauvage
traduction Alain BLANC

Dessins de Nathalie POUZET

Paru le 1er septembre 2015

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.