Vingt-deux lignes cahier 100 de Bernard Collin

Vingt-deux lignes cahier 100 de Bernard Collin

Sous la forme de courts articles écrits au jour le jour, les "lignes" de Bernard Collin tracent les contours d’une vie toute entière irriguée par l’art et la littérature. Elles nous parlent d’un monde fait de bifurcations, où la langue dialogue tout autant avec la Bible qu’avec le chant des oiseaux. Un monde qui fait aussi la part belle aux évenements quotidiens.
De cette prose poétique il émane une joie et une émotion résultant d’une syntaxe sophistiquée et fantasque, où le sens, le raisonnement et le plaisir du texte rivalisent. Plus encore que dans les autres livres de l’auteur, cette aventure du langage nous donne accès avec élégance et humour à un art de vivre.

Paru le 1er novembre 2010

Éditeur : Les petits matins

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.