Vincent Rougier

Contact

Les Forettes

61380

Soligny-la-Trappe

La Déclaration

10 décembre 2018

La Déclaration

Dans ce livret il y a le temps et la mémoire écrite, intime, celle qui nous rassure, un flashback poètique. « Le quotidien partagé avec l’autre sa compagne rencontrée sur la voie de l’écoute et du dialogue est un phénoménal levier pour qu’il (ne sais faire que ça), accomplisse encore et toujours son œuvre littéraire ».
Texte de l’éditeur.

Ecrire à Yaoundé

1er juin 2016

Ecrire à Yaoundé

En décembre 2012 s’est tenu à Yaoundé le premier Festival de poésie des sept collines de Yaoundé… Répondre à l’invitation de Jean-Claude Awono, poète et président de la Ronde des poètes, de Nora Atalla, vice-présidente et déléguée de l’union des écrivaines et des écrivains québécois, du grand poète camerounais Fernando d’Almeida qui vient de nous quitter, m’a permis d’aborder un continent, de découvrir un pays, sa culture, son peuple, ses paysages mais plus encore d’unir deux passions : celle de la découverte de (…)

Traité du Moustique en zone libre de Marc Kober

1er avril 2015

Traité du Moustique en zone libre de Marc Kober

« Pour vivre en bonne entente, il faut
approfondir l’art de maîtriser le moustique.
Après cela, ils ne viennent plus.
Mais qu’est-ce au juste que cet art ?
Nul ne le sait.
Un art de la mise à distance ?
Une magie ? »
Marc Kober est écrivain et enseigne à l’université Paris 13. Il vit entre Paris et Nice. Il est né en 1964.

Dernières nouvelles d'Ulysse

1er mars 2015

Dernières nouvelles d’Ulysse

Peintures d’Anne-Marie Vesco
Préface d’Hubert Haddad
" Dans le sillage d’encre d’Ulysse, seule trace du héros disparu, Werner Lambersy accomplit sa prophétie océane, en concurrence avec l’avenir et les âges révolus. C’est un monde qu’il réinvente “dans les chansons d’amour du samedi soir“ comme “à la forge des galaxies“. Aussi l’époque exige-t-elle de changer par le chant profère-t-il sur les voies versatiles du retour en Ithaque, certes assuré des lenteurs égarées du voyage et profusément conscient que le (…)

<i>Ficelle n°112, Alphabet en quête d’auteurs</i>

1er janvier 2013

Ficelle n°112, Alphabet en quête d’auteurs

Vignettes de V. Rougier.
Sourires pour tous. Un abécédaire évocateur de situations ariées, jeux d’esprit, de l’être pour chaque lettre.
…//
"I ce qui compte c’est d’aller. Ne dit-on pas
"t’i vas"". Quant au L, il "ouvre les volets de la maison lente".
//…

Au présent d'infini

1er mars 2012

Au présent d’infini

Extrait
l’attente simple du geste
qui ouvre le rituel
la chaleur qui diffuse
aux marges de la peau
il la tient tellement entière
d’un appétit à leur faim
balises tendres d’où la graine
explose et trouve son aire.

Psalmlash d'Alexis Pelletier

1er mars 2012

Psalmlash d’Alexis Pelletier

Présent dans quelques livres, le personnage de Mlash se met à psalmodier : "Il paraît que la vie délivre de la vie. Comme c’est romantique et presque impubère ces affirmations à l’emporte-pièce, à l’emporte-vent, l’emporte-voix." "Quand je dis que l’existence précède l’échéance, ça rappelle quelque chose à quelqu’un ?" Et que deviennent alors, Pluk et Zipwé, les "amis" de Mlash ? Disparus dans les sales mots dits de Mlash ? (…)

Dieu existe

1er janvier 2012

Dieu existe

"Dieu
Un nom entre les balles
entre les chairs entre
les dents
Ils respiraient
du même souffle"

Paris Paris aller retour

1er janvier 2012

Paris Paris aller retour

"Madame Arthur : Anus dei
Madame Claude : Paris burnes-t-il ?
Madeleine : Pâté de foi
Mairie de Paris : Elus panards"

<i>Suite Diderot</i>

1er octobre 2011

Suite Diderot

"//…
Où il n’y a rien lisez que je vous aime (la vie
Je presse son âme entre la vôtre et la Mienne) car rien du corps ne se forme si Non en ces discours fort interrompus Ah //…

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.