Vers l’amante d’Hugues Corriveau

Dans Vers l’amante, des poèmes en prose d’une grande densité inscrivent une voix portée à la fois par une lucidité implacable et par un désir toujours renouvelé devant ce que la parole poétique ouvre du secret intérieur. Souvent proches du chant, ces textes qui scandent la passion devant les êtres et le monde suivent la voie du désir. Le poète utilise un lyrisme assumé et trace, au fil des quatre sections du recueil, un parcours qui va de l’être aimé dans " Vers l’amante " à la figure de la mère dans " Vers la mère " pour ensuite s’attarder à la douleur, dans " Vers la nuit ", et à la tension qui fonde sa recherche poétique, à savoir la mort dans " Vers la lumière ".
90 p.
15,95 $
ISBN 2-89018-483-8

Paru le 1er décembre 2002

Éditeur : Le Noroît

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Maximine

Dits de la folie des pivoines

La vie va la poésie dure
Tout comme Hokusaï qui dit-on
Chaque jour dessinait un lion
Je taillerai dans la verdure

Une pivoine chaque jour
Comme ça pour le seul plaisir
D’être là de n’en pas mourir
Et d’aimer dire mon amour

Maximine, « Dits de la folie des pivoines », Revue Caravanes 7, Éditions Phébus, 2001.