Vénération de Marin Poète, Tome 2

Auteur : Jean-Claude Le Barde

Vénération de Marin Poète, Tome 2

Après avoir posé les amers de son Inspiration de Marin Poète, Jean-Claude Le Barde largue les amarres… Il nous propose de monter à bord de son tome 2 Vénération, "recueil-voilier" qui nous porte, au gré d’un vent largue, voile détendue sur des flots turquoises, ondulatoires et maîtrisés. Le poète rend hommage "sur le pont" à tout ce qui a émerveillé et ému le marin : éléments de bateaux, cabines ou radeaux, records et traversées, hommes et femmes en mer ou à quai, du Japon à la Bretagne, de l’Inde au Groenland et nous propose de visiter "mille lieux" liés à des destins tendres, glorieux, parfois tragiques… Alors "Pourquoi pas ? " le suivre pour se souvenir ou s’initier, revivre les dé_s accomplis par les grands navigateurs qu’il vénère, naviguer avec eux sur de fragiles embarcations, adopter le rythme des quarts, découvrir l’océan indien comme la variété de ses côtes et se laisser conter, en vers, les usages et l’aventure vécue…

Paru le 18 septembre 2019

Éditeur : Editions Prolégomènes

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage