VILLE !

Jean-Claude Walter

Qui dira la fulguration de ta naissance taillée dans le diamant de ton
unique syllabe haute…Ville, planète de verre et de pierre, transparente comme la lumière et qui s’échappe à peine prononcée…Parole exquise ouverte dans lapensée, comme l’astre de pierres précieuses suspendu dans le ciel.

Ville, cristal du sentiment et de la fièvre qui jaillit dans le regard et déjà se résorbe, échappée violente du geste de l’éclair, dans ce corps qui s’élance avec l’inflexible douleur de la flamme et nous consume par sa douceur. Neige relevée, ailes du ciel qui battent sur la proie, cris d’oiseaux, langueur de la terre, apaisement du cœur.

La ville nous ouvre ses rues de ses consonnes et se jette en avant. Le mode du verbe qui saisit sa vigueur ne peut l’enserrer, sa voyelle aigue troue les plafonds de la cage d’étoupe. Ville, arène, course folle jusqu’aux parements des murs, offrande de toute l’étendue intarissable d’un espace amer.

Ville ! Qui dira la fulguration de ton désir taillé dans le diamant de ton unique syllabe brève…

Jean-Claude WALTER

in Léon-Paul Fargue ou l’homme en proie à la ville, collection Les Essais, Gallimard (Epuisé)

Poème
de l’instant

Alejandra Pizarnik

Seulement

je comprends déjà la vérité

elle éclate dans mes désirs

et dans mes détresses
mes déceptions
mes déséquilibres
mes délires

je comprends déjà la vérité

à présent
chercher la vie

Alejandra Pizarnik, 1936-1972, Œuvre poétique , « Seulement », traduit de l’espagnol par Silvia Baron Supervielle et Claude Couffon, Actes Sud, 2005.