Unicité.

Contact

3 sente des Vignes

91530

Saint-Chéron

Vous sentez-vous à l'article de l'humour ?

7 janvier 2021

Vous sentez-vous à l’article de l’humour ?

suivi de Toutes mes cons sidérations !
Vous sentez-vous à l’article de l’humour ? trace des déambulations truquées à toutes vapeurs et autres courants d’air simplifiés. De ses lignes imaginaires la poétesse Anne de Commines crée des distorsions à fables. Parmi les différents matériaux du monde, les blagues insolites expriment leur nature volatile. En l’absence de cadre, prière d’insérer l’humour et autres petits précipités d’air comprimé !! Avec toutes mes cons sidérations ! est un drôle de texte sur la (…)

Viatiques

7 janvier 2021

Viatiques

Jacquy Gil (1948), réside à Saint-Hilaire-de-Beauvoir, son village natal, où il a exercé, entre autres, le métier de vigneron.
Membre du comité directeur de la revue littéraire Souffles (LEM) de 1986 à 2012, il intègre ensuite le comité de rédaction de la revue la main millénaire. Très impliqué également dans la vie de son village, il est correspondant du journal Midi Libre depuis 2003.
Les genres littéraires dans lesquels il s’exprime sont l’histoire locale et surtout la poésie. C’est dans ses attaches (…)

La part d'errance

1er janvier 2021

La part d’errance

Dès les premiers mots, dès les premiers vers, Anne-Emmanuelle Fournier frappe au cœur et place le lecteur comme tout homme face à sa condition d’être pour la mort. La lucidité et la grâce sont ses encres mêlées. Un frisson parcourt notre épine dorsale tendue entre ciel et terre et l’on sait alors que l’auteure ne se déplace pas dans le champ de l’écriture pour ne rien dire, encore moins pour séduire. Nul ne peut se dérober à la finitude. Mais pour le poète éclairé, comme ici l’auteure, le lien et le lieu (…)

Ce rien d'osier m'éclaire

12 novembre 2020

Ce rien d’osier m’éclaire

D’une écriture symbolique, ce recueil explore les interstices d’un corps imaginé et imagé. Ses métaphores brisent les limites de la conscience. « Avec le temps qui vagabonde, notre corps asséché se reflète dans un miroir de cendre ». Ainsi se révèle l’intransigeance d’un texte pétri d’humanisme où les gemmes royales de l’être cisèlent la témérité mystique.
Une pensée sensible, à la lisière d’une société apaisée de ses élans insidieux, tressaille dans un chant intérieur pour bâtir un éden métaphysique.
Henri Le (…)

Un jour, la Mer était bleue

1er novembre 2020

Un jour, la Mer était bleue

« Avec le 5/7/5, forme traditionnelle du haïku japonais, Jean-Michel Léglise crée un rythme incantatoire pareil à l’incessant va-et-vient des vagues sur la plage.
La lame écumée
déferle sur le rivage
falaises tonnantes.
Ainsi portés par le langage poétique, comme un enfant par ses brassards, nous flottons dans un océan de mots et avançons sans effort de haïku en haïku, îles singulières d’un archipel reliées entre elles par le fil invisible d’un écho de sens.
Par la passerelle,
la lumière du soleil (…)

Je suis de la maison du songe

7 juillet 2020

Je suis de la maison du songe

Préface d’Alain Borer
Il faudrait porter chaque poème de Francis Coffinet comme une pierre précieuse, fragile et sincère, qu’il est nécessaire d’ajouter aux paroles dont on retient la profonde vérité. On ne peut qu’aimer la précision du propos et la quête de pureté que la simplicité des mots cisèle pas à pas. Le dire du poète n’use ni de la thématique ni du procédé. Il s’apparente à une marche, à une méditation qui ne dévoile pas son mystère et incite le lecteur à le suivre.
Je me suis embarqué à bord d’un (…)

Effacement des seuils

8 mai 2019

Effacement des seuils

Illustrations de Catherine Sourdillon.
Si le temps est omniprésent dans l’œuvre d’Irène Dubœuf, il apparaît ici en toile de fond, car Effacement des seuils est avant tout un livre de confins qui focalise l’attention sur cet espace instable et fragile où se rencontrent l’avant et l’après, le visible et l’invisible, où les contraires se chevauchent et parfois se confondent, à l’image de ces horizons incertains où les souvenirs mouvants naissent à fleur d’eau, où la brume estompe des paysages eux-mêmes au (…)

Sillage

8 mai 2019

Sillage

Avec ce nouveau recueil, Pascal Hermouet use d’une langue sensible où celle qui est au cœur de ces écrits permet au langage du poète de se déployer comme autant de vers suggestifs qui résonnent en nous.L’auteur nous convie donc à un voyage à travers les émotions tantôt douces, tantôt plus relevées et, de fait, nous donne à éprouver en partage comme un patchwork d’impressions. Pascal Hermouet pense la poésie comme une quête de langage qui lui permet de dépasser le sens premier des mots pour nous faire sentir (…)

<i>On ne sait pas que les mères meurent</i>

20 novembre 2018

On ne sait pas que les mères meurent

Ce récit est un récit de deuil. L’auteure voit sa mère en rêve ou peut-être l’imagine-t-elle en rêve. Chaque chapitre apparaît dans une douceur apaisante comme si le deuil et la douleur étaient ailleurs, enfouis dans le tréfonds d’un travail sur soi-même.
Aucune trace, aucun indice n’échappent à la narratrice. Elle constate : « Le rêve dévoile autant qu’il dissimule ». Le rêve de la mère est multiple et peu à peu le puzzle se construit et se déconstruit vers l’acceptation de la perte. L’écriture l’emporte sur (…)

Petite anthologie de France Burghelle Rey

1er janvier 2017

Petite anthologie de France Burghelle Rey

Poèmes et versets s’élèvent ici comme des hymnes à la vie, découverte de soi dans tous les possibles. France Burghelle Rey nous donne à voir que sa vision peut se démultiplier dans une démarche instantanée de lyrisme et de transgressions.
Concerts de mots qui font aussi silence ou tracent autant de courbes qu’il nous incombe de suivre à notre mesure. Ces recueils que les éditions Unicité ont choisi de publier nous amènent à lire en nous-mêmes un monde en fusion de sensations nouvelles où l’écriture nous (…)

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

Quand nous regardions depuis notre terre

Et la trame déchirée de l’espace
et du temps se trouve donc recousue
de mots

Jean-Louis Rambour, Quand nous regardions depuis notre terre, Éditions L’herbe qui tremble, 2021.