Unes

Fonds : Jean-Pierre Sintive.

Contact

B.P. 205

83006

Draguignan Cedex

Le Troisième

1er décembre 2013

Le Troisième

Tu avais laissé
dans l’espace
des rails
où s’allonger
racontais comment
enserrer la mémoire
et la source
je m’en irai vers
l’infime et
l’étincelle
laisserai
les symphonies
l’accord des tourbillons
soudain te capturent
une lèvre
à l’arrière du feu
l’exactitude
d’une seconde

Tréfonds du temps de Maurice Benhamou

1er juin 2013

Tréfonds du temps de Maurice Benhamou

suivi de Trait-Fond,
encres de Chine de Jean Degottex
Quelqu’un
voulut construire un mur
pour étouffer
le cri d’un mur.
Le mur
criait
avec le mur.

Issue de retour de Jean-Louis Giovannoni

1er juin 2013

Issue de retour de Jean-Louis Giovannoni

On ne peut toucher l’espace
On se déborderait.
Toujours placer un objet
Entre soi
Et le monde.
Toujours traduire la pesanteur
Par des mots.

Sans titre de Geoffrey Squires

1er juin 2013

Sans titre de Geoffrey Squires

Comme nous parlons peu dans le noir
presque comme si nous avions peur
ou que cela voulait trop dire était trop important
ou que quelqu’un nous écoutait
comme si nous pouvions être entendus

Dans la lenteur

1er septembre 1998

Dans la lenteur

Le temps t’emporte, et respire au loin.
Hirondelles en l’aller et retour de la voix
distance jamais vaincue pourtant
les mots voyagent de l’un à l’autre
comme simple trait de chair.
ligne de coeur.
Le temps t’emporte, et tremble au loin.
Sous la caravelle blessée de tes mains
s’inscrit l’absence le long des corps
lumineux de l’été rêvant l’amour
sa lenteur en couloirs d’air et de silence
baiser du (…)

Poème
de l’instant

La panthère des neiges

L’affût commande de tenir son âme en haleine. L’exercice m’avait révélé un secret : on gagne toujours à augmenter les réglages de sa propre fréquence de réception. Jamais je n’avais vécu dans une vibration des sens aussi aiguisée que pendant ces semaines tibétaines. Une fois chez moi, je continuerais à regarder le monde de toutes mes forces, à en scruter les zones d’ombre. Peu importait qu’il n’y eût pas de panthère à l’ordre du jour. Se tenir à l’affût est une ligne de conduite. Ainsi la vie ne passe-t-elle pas l’air de rien. On peut tenir l’affût sous le tilleul en bas de chez soi, devant les nuages du ciel et même à la table de ses amis. Dans ce monde il survient plus de choses qu’on ne le croit.

Sylvain Tesson, La panthère des neiges, Éditions Gallimard, 2019.