Unes

Fonds : Jean-Pierre Sintive.

Contact

B.P. 205

83006

Draguignan Cedex

Appareil. Vision. Nocturne., de Thomas Kling

21 novembre 2018

Appareil. Vision. Nocturne., de Thomas Kling

Traduit de l’allemand par Aurélien Galateau. Préface de Laurent Cassagnau.

La Jérusalem d'or, de Charles Reznikoff

5 octobre 2018

La Jérusalem d’or, de Charles Reznikoff

Traduit de l’anglais (États-Unis) par André Markowicz.
La Jérusalem d’or est le livre de réconciliation des identités juives et américaines de Charles Reznikoff. Entre évocations quotidiennes, chant biblique et conclusion philosophique, le recueil, porté par l’écriture objectiviste caractéristique de l’auteur, semble tendu entre lieu et histoire, entre Manhattan et Jérusalem. Pas d’exil ici, mais des rues étranges. Au milieu des vieux journaux abandonnés, des boîtes de conserves, des chewing-gums, des (…)

Lieux exemplaires

19 septembre 2018

Lieux exemplaires

Ouvrage de Flora Bonfanti

Le gardeur de troupeaux

5 avril 2018

Le gardeur de troupeaux

Traduit du portugais par Jean-Louis Giovannoni, Rémy Hourcade et Fabienne Vallin.
Les éditions Tinto da China (Lisbonne) ont fait paraitre en avril 2016, dans une édition établie par Jerónimo Pizzaro, Les œuvres complètes d’Alberto Caeiro, à partir des manuscrits de Fernando Pessoa découverts en 1979 et conservés à la Biblioteca Nacional de Portugal. Ce volume présente notamment de nombreuses variantes et corrections que Fernando Pessoa a introduites dans les cahiers dans lesquels il a recopié la toute (…)

Ses oiseaux perdus

15 juin 2017

Ses oiseaux perdus

Traduction de François Heusbourg.
Après Nous ne jouons pas sur les tombes, ouvrage paru en 2015 qui présentait un choix de poèmes de l’année 1863 – la plus prolifique de l’auteur – nous poursuivons la publication des œuvres d’Emily Dickinson avec Ses oiseaux perdus, qui se concentre sur les 5 dernières années de sa vie (1882-1886).
Ce sont les années du deuil et de l’esseulement progressif. Sa mère disparaît en 1882, son neveu favori, Gilbert, est emporté par la typhoïde l’année suivante et son ami (…)

Holocauste de Charles Reznikoff

1er juin 2017

Holocauste de Charles Reznikoff

traduit de l’anglais (Etats-Unis) par André Markowicz
Une fois, parmi les transports, il y en avait un avec des enfants — deux pleins wagons de marchandises.
Les jeunes hommes qui travaillaient à trier les affaires de ceux qui étaient partis pour les chambres à gaz ont dû déshabiller les enfants — ils étaient orphelins —
et les emmener au « lazarette ».
Là, les SS les ont abattus.

Garder le mort

1er avril 2017

Garder le mort

Jean-Louis Giovannoni

On ne caresse jamais
l’intérieur d’un corps
Edition définitive,
augmentée de poèmes inédits.

Un chemin en forêt d'André Markowicz

1er mars 2017

Un chemin en forêt d’André Markowicz

Imprimé en typographie, 24 p.
format 12x16 cm, 21 €
Edition limitée à 111 exemplaires sur Vélin d’Arches numérotés, les 33 premiers, sous couverture Richard-de-Bas, comprenant une peinture originale de Jean-Gilles Badaire, signée.
Corps jeté parmi les autres corps,
je suis fatigué, mais fatigué —
passe-moi tout doucement à gué,
dit le vieux, — les yeux fixés au nord.
Que je dorme, si je peux — je dors.
Marche impaire, premier temps marqué,
répercute sans désintriquer,
pour toi-même. Reste. Reste (…)

<i>Joachim</i>

21 février 2017

Joachim

sur le point de devnir père
qu’aurai-je à donner
à cet enfant sans nom
moi qui sais que mon visage
ne me ressemble pas
que je passe des nuits
à parler avec un double
au regard noir et fixe
qui attend

Eternité à coudre

1er décembre 2016

Eternité à coudre

Livre posé au bord de la disparition, "Éternité à coudre" se déploie comme une parole rituelle, un exorcisme. Penché sur le néant, cherchant un abri dans les mots et les corps, quelque chose de l’ordre de la permanence du monde dans les cendres, dans les noms brûlés, les noms mâchés.
Poème hanté par la présence d’une folie individuelle, intime, qui se déporte sur le collectif, envahit la communauté de nos angoisses, de nos peurs. Debout sur la rive, dans un geste de coudre nos éternités et nos solitudes, (…)

Poème
de l’instant

Lokenath Bhattacharya

Le spectateur enchanté

Posté à la fenêtre, dans la maison qui est la sienne, enca-
dré, tableau lui-même, il reste là, à regarder. Son regard
tourné vers qui, quoi ? Vers la rue ? Ne s’y rencontre-t-il,
au contraire, ni chemin ni défilé ? Pas davantage d’arbres,
de collines, de montagnes ? Pas non plus d’êtres vivants,
pas un seul ? N’y trouve-t-on donc que vide infini, ciel illi-
mité, insondable silence ?

Lokhenath Bhattacharya, Le spectateur enchanté, Éditions La Part des anges, 2000.