Une odeur d’oiseaux chantants

Pascale Thomas

Une odeur d'oiseaux chantants
Voilà mon rêve dit Mafou. C’est une fille avec des oignons dans la tête et qui nourrit toute la maison. On la pique régulièrement pour extraire un jus très fortifiant, très apte à faire grandir les petits et à garder en forme les plus grands. Une servante la baigne chaque soir dans une grande cuvette bleue comme la lavande et lui masse les pieds en murmurant des mots pleins qui chantent. Quand cette fille est fatiguée ou a besoin de repos, on l’emmène dans la cour, derrière, là où rien ne pourra la déranger. Ni les cris, ni les pleurs, ni le rire des enfants.

Paru le 18 mai 2022

Éditeur : Cheyne

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.