Une aile blanche et l’autre noire d’Alfred Brendel

Une aile blanche et l'autre noire d'Alfred Brendel

traduit de l’allemand par Olivier Mannoni.

« Ce qui m’intéresse c’est le non-sens porteur de sens. Je me rappelle à ce propos une phrase de Jean-Paul : « La transition rapide d’une idée dissemblable vers une autre ».
Ce qui m’intéresse, c’est l’absurde dans la réalité, le grotesque dans le sérieux, la manière dont on sape l’ordre, y compris celui des genres littéraires. Il faut pour cela un ordre susceptible d’être sapé. En tant qu’interprète, j’établis un ordre à travers lequel, de temps en temps, brille un peu de chaos. » (Le voile de l’ordre, Alfred Brendel)

Illustration de couverture : Prolog, Max Neumann, © Galerie Maeght, 1995

Paru le 1er novembre 2005

Éditeur : Christian Bourgois Editeur

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Guennadi Aïgui

« Un peu »

bonheur ? – « Un peu »
béatitude – « Un peu » :

ô murmure : comme vent – du soleil :

de pain – un peu… et de lumière du jour… –

et du petit bruit des hommes
comme d’une nourriture – pour la Mort prête… –

que nous la rencontrions paisiblement
comme si nous étions tous toujours sur tout seuil –

en fraternelle souffrance… –

ô notre liberté !… – lueur d’âme :

simple :

« Un peu »
1975

Aïgui, « Un peu », Festivités d’hiver, traduit du russe par Léon Robel, Les Éditeurs français réunis, 1978.