Un visage ne va pas de soi

Auteur : Etienne Orsini

Un visage ne va pas de soi

EXTRAITS

À la fonte des sables
Serons-nous trop morts
Pour voir
Ce qui se cachait sous le temps ?

*****

Une vieille penche sa fenêtre
Sa maison
Moment où tout bascule

*****

À présent que la guerre
se déclare dans un murmure
Il faut prêter l’oreille
Pour mourir

*****

Le trop plein du miroir
Quand le moi éclabousse

Un poème qui ressemblerait
Trop à un poème
En serait tout sauf un

*****

Où la branche s’enracine
Prend le bleu tout autour

Les pupilles se dilatent
Jusqu’au ciel

L’horizon plisse
- Mais pour qui donc-
Un regard de franche
Compassion

Il y a si loin d’ici aux origines
Le retour est encore derrière nous

Paru le 1er octobre 2015

Éditeur : Recours au poème

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.