Un jour neuf

de Julien Marcland

Un jour neuf

Une bande d’amis se retrouve pour passer le jour de l’an dans une maison dominant l’océan suite à la tentative de suicide de l’un d’eux. L’auteur interroge dans ce récit très personnel exigeant, construit en circonvolutions temporelles et spatiales éclatées autour d’une même journée hypnotique, les raisons qui ont poussé à ses yeux sa génération à une forme de naufrage, et au suicide « réussi », au final, de cet ami d’enfance, six mois plus tard, tout en tentant d’imaginer la part manquante de son parcours, de révéler le sens de sa parole. Nous dirons notre dette / Au carrefour de nos solitudes, écrit l’auteur comme un beau mensonge funèbre. Dans ce récit Julien Marcland innerve des mots lucides et affirmés, cela s’appelle la grâce d’un style. Pourquoi n’avons-nous été à même d’amorcer en nous-mêmes peut-être, ce mouvement, la reconnaissance de ce déplacement indispensable de soi, de ce léger mouvement qui nous émut …. demande-t-il au héros et au lecteur hors gravitation. Là réside le périple de la chute ultime.

Paru le 16 mars 2021

Éditeur : Unicité.

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997