Typoèmes de Jérôme Peignot

Auteur : Jerôme Peignot

Typoèmes de Jérôme Peignot

Quand l’écriture alphabétique - abstraite et linéaire -, après 3 500 ans de domination absolue, cède le pas à l’écriture pictographique pour rendre à la langue la dimension graphique qui lui faisait défaut. Typoèmes, des compositions tant littéraires que plastiques, ou la jubilation de la langue sous toutes ses formes… Enfin mobile, l’écriture sort de la torpeur dans laquelle l’entretenait le langage et s’éveille à la prise en charge du concret. Alors, par typoésie interposée, on assiste à un nouveau matin du signifié. À cette écriture-là répond une recréation du monde. La maîtrise conjuguée de la langue et de l’espace accomplit l’expression poétique, donne à voir une étymologie graphique des êtres et des choses:Et en dépit de la liberté prise avec l’écriture linéaire, Jérôme Peignot retombe bel et bien sur ses mots, élaborant des images, alphabétiques, à la faveur desquelles signe, signifiant et signifié ne forment plus qu’un. Ne reste plus au lecteur que d’entrer dans le jeu du divertissement typoétique.

Paru le 5 février 2004

Éditeur : Seuil

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Louis-Philippe Dalembert

Cantique du balbutiement

j’erre dans paris vide
de nos rires de notre frénésie
absent de notre absence
le soleil de printemps
rayonne inutile
déchu de nos flâneries
des baisers des amants
et de leurs mains complices
le long du canal saint-martin

Louis-Philippe Dalembert, Cantique du balbutiement, Éditions Bruno Doucey, 2020.