Tu es le grand soleil qui me monte à la tête par Colette Guedj

Tu es le grand soleil qui me monte à la tête par Colette Guedj

Cette anthologie dont le titre est emprunté à un magnifique poème d’Eluard réunit une centaine de poèmes d’amour dans un joli petit livre-objet. L’esprit de cet ouvrage n’est ni érudit, ni chronologique, encore moins exhaustif. Il s’agit plutôt de donner à voir les modes d’aimer qui intéressent notre sensibilité contemporaine. Quatre grands mouvements vont rythmer ce parcours : la déclaration d’amour, tour à tour tendre, sentimentale, spirituelle, ou passionnée ; l’embrasement amoureux ; la douleur d’aimer ou le mourir d’aimer, que le poème conjure par le biais de la complainte, de l’humour, du madrigal ; la mélancolie amoureuse, enfin, « cette ferveur retombée » qui n’est pas sans charme, on pense au romantique Musset (un souvenir heureux est peut-être sur terre plus vrai que le bonheur).
De Christine de Pisan à Apollinaire en passant par Nerval ou Marceline Desbordes-Valmore, l’amour se décline sur le mode lyrique, baroque, surréaliste, érotique, romantique, symboliste. Ces poèmes s’adressent à tous nos sens réunis. Ici les mots se touchent, s’exaltent, se savourent, se contemplent, font entendre leur petite musique.
Ils se respirent, et s’offrent, comme un parfum.

En quelques mots
Cent fragments de poèmes en langue française du Moyen-Age à nos jours qui disent la joie ou la douleur de l’amour.

L’auteur
Colette Guedj est professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis où elle enseigne la stylistique et la poétique des textes. Outre ses ouvrages publiés chez Lattès (Le baiser papillon, Ces mots qui nous consolent, L’heure exquise), elle a participé à l’élaboration de plusieurs dictionnaires (Dictionnaire des oeuvres du XXe siècle, dir. Henri Mitterand, Le Robert, Dictionnaire de littérature française, Le Robert, etc…)
Spécialiste de poésie surréaliste, elle prononce actuellement une série de conférences sur « Le pouvoir de la parole poétique face au tragique de l’existence ».

Paru le 14 février 2007

Éditeur : Lattès

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Ted Hughes

Le guide

Quand tout ce qui peut tomber est tombé
Quelque chose s’élève.
Et s’en allant ici, et s’évadant là
Et cela, et ceci, telle est mon errance.

Ted Hughes, Cave Birds, Traduit de l’anglais par Janine Mitaud
Orphée, Éditions de la Différence, 1991.