Treize Poèmes

Treize Poèmes

de Jorge-Luis Borges

A propos de sa traduction de ces poèmes, Roger Caillois écrivit :
"Les plus récents poèmes de Jorge-Luis Borges font mieux comprendre, il me semble, qu’il tienne le proverbe et l’épopée pour les deux genres permanents et inévitables de toute littérature, premiers et derniers, en quelque sorte. C’est sans doute qu’ils illustrent, l’un la sagesse, l’autre la vaillance, que le poète regarde justement comme les deux nostalgies fondamentales de l’homme. Cette réflexion a guidé mon choix."
Ces poèmes devaient être les derniers de Borges et leur traduction le dernier travail de Roger Caillois. Cette édition bilingue constitue donc le point d’orgue d’une longue communion littéraire et spirituelle. (Première publication en 1978)
Illustrations de Pierre Alechinsky
56 pages 14/22 cm Prix public TTC : env. 9 ¤ ISBN : 2.85194.075.9

Paru le 1er février 2003

Éditeur : Fata Morgana

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

L’homme désert

Il n’y a pas d’aigle sans désirs.
Il n’y a pas d’aveugle sans regard.
Il n’y a pas de Bonheur.

Mais il n’y jamais ce chant tournoyant et délivrant, cette Parole de toujours, cette terrasse de splendeur portée entre les bras du jour, il n’y a pas ce chant et cette bouche qui chante, et ce corps qui chante cette bouche, et ce désir qui chante ce corps qui l’emporte à sourire, s’il n’y a pas Celle même qui attend encore, au milieu des palmes et des pluies, d’être déliée de son ombre.

André Delons, L’homme désert, Éditions Rougerie, 1986.