Traité de l’habitat

Le Mayamata

Traité de l'habitat
« Celui qui fait une construction du début à la fin en retire un supplément de bonheur, de plaisir et de bien-être. »

Ce traité sanskrit d’architecture, rédigé par un auteur inconnu résidant dans l’Inde méridionale, est l’un des textes les plus complets au sujet des bâtiments et des agglomérations de l’Inde classique, notamment en pays tamoul et malayalam. Combinaison de considérations techniques, pratiques et religieuses, le Mayamata indique comment choisir le site d’une construction suivant la classe sociale de ses futurs occupants, quel plan et quelle orientation adopter pour une maison d’habitation, un palais ou un temple garantissant le bien-être de ses résidents, quelles techniques constructives il convient d’utiliser dans chacun de ces cas. Il détaille la cérémonie à réaliser lors de la pose de la première pierre ou lors de la prise de possession du bâtiment, décrit le mobilier, le linga (représentation phallique symbolique de Śiva) et la façon de figurer les dieux dans les édifices.

La présente édition illustrée, aux allures de carnet d’architecte, reprend des extraits de la traduction du Mayamata, revue pour l’occasion par Bruno Dagens, avec un appareil de notes allégé et une nouvelle introduction resituant ce traité des points de vue historique, géographie, mais aussi par rapport à l’ensemble de la tradition indienne classique d’écrits sur l’architecture et l’art d’habiter.

Paru le 14 avril 2022

Éditeur : Les Belles Lettres

Genre de la parution : Essai

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Georges Didi-Huberman

Survivance des lucioles

Les lucioles, il ne tient qu’à nous de ne pas les voir disparaître. Or, nous devons pour cela, assumer nous-mêmes la liberté du mouvement, le retrait qui ne soit pas repli, la force diagonale, la faculté de faire apparaître des parcelles d’humanité, le désir indestructible. Nous devons donc nous-mêmes - en retrait du règne et de la gloire, dans la brèche ouverte entre le passé et le futur - devenir des lucioles et reformer par là une communauté du désir, une communauté de lueurs émises, de danses malgré tout, de pensée à transmettre. Dire oui dans la nuit traversée de lueurs, et ne pas se contenter de décrire le non de la lumière qui nous aveugle.

Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Éditions de Minuit, 2009.