Trafic de devises de Jean-Pierre Gandebeuf

Trafic de devises de Jean-Pierre Gandebeuf

Illustrations :
Brunet Francis Olivier (gouaches)

"Il n’y a pas si longtemps Jean-Pierre Gandebeuf, dans une lettre accompagnant l’envoi de deux manuscrits, me confiait ceci : « J’ai dans mon garde-manger Trafic de devises et son satellite Pensées poussières qui se morfondent. De temps en temps, je flaire le recueil, vérifie qu’il n’y a pas d’odeurs, le fais glisser sur le bureau en demandant aux poèmes comment ils vont, au besoin en les déplaçant dans les rangées, en remettant leur culotte à l’endroit… ».

La lecture achevée, il fallait toutes affaires cessantes que ses manuscrits se métamorphosent en livre… Le voici : un livre fort, d’une liberté sans mesure, aux poèmes urgents, aux aphorismes-coups de poing, parce que “vivre est un vertige qui se paye en morsures mais aussi en plaisir de chien-loup”.

Alain Blanc

Paru le 1er février 2008

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

L’Impossible

La poésie révèle un pouvoir de l’inconnu. Mais l’inconnu n’est qu’un vide insignifiant, s’il n’est pas l’objet d’un désir. La poésie est moyen terme, elle dérobe le connu dans l’inconnu : elle est l’inconnu paré des couleurs aveuglantes et de l’apparence d’un soleil.

Ébloui de mille figures où se composent l’ennui, l’impatience et l’amour. Maintenant mon désir n’a qu’un objet : l’au-delà de ces mille figures de la nuit.

Georges Bataille, L’Impossible, Éditions de Minuit, 1962.