Tractatus logo mecanicus

Auteur : Jean-Michel Espitallier

Tractatus logo mecanicus

Un petit bijou littéraire entre gravité et légèreté, entre sérieux et farce. Wittgenstein à la manière d’un Alphonse Allais. Le sujet : une question hautement philosophique qui n’est en fait qu’un prétexte, "Qu’appelle-t-on penser ?" Jean-Michel Espitallier s’attaque volontairement à un sujet démesuré, comique même dans sa démesure, et invente une écriture qui le tord dans tous les sens…

Paru le 3 mai 2006

Éditeur : Al Dante

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.