Tout ton cinéma de Patrick Argenté

Tout ton cinéma de Patrick Argenté

Qu’y a-t-il de commun entre la poésie et le cinéma ? Assurément de nous donner des images à voir, accompagnées d’une proche et lointaine bande son où se mêlent intimement la musique et les mots, la musique des mots. La comparaison sans doute s’arrête là et c’est bien ainsi.

Patrick Argenté fait donc son cinéma, cinéma subjectif certes mais où la réalité s’entête à être présente, des images où attendent des SDF, des amoureux, des enfants, des vieillards et des chats, un monde parfois secoué au passage des tsunamis.

Tout ton cinéma : de quoi ne pas trop y croire – ou beaucoup y croire – quelque chose à voir – à entendre – que le lecteur recrée.

promis rien que des riens qui ne vaillent

que miettes et la rumeur des caves la volonté

des mots à vouloir à tout prix se mêler des parfums

puis c’est comme du vent suspendu ou le train.

Paru le 1er janvier 2014

Éditeur : Jacques André éditeur

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.