Tout ton cinéma de Patrick Argenté

Tout ton cinéma de Patrick Argenté

Qu’y a-t-il de commun entre la poésie et le cinéma ? Assurément de nous donner des images à voir, accompagnées d’une proche et lointaine bande son où se mêlent intimement la musique et les mots, la musique des mots. La comparaison sans doute s’arrête là et c’est bien ainsi.

Patrick Argenté fait donc son cinéma, cinéma subjectif certes mais où la réalité s’entête à être présente, des images où attendent des SDF, des amoureux, des enfants, des vieillards et des chats, un monde parfois secoué au passage des tsunamis.

Tout ton cinéma : de quoi ne pas trop y croire – ou beaucoup y croire – quelque chose à voir – à entendre – que le lecteur recrée.

promis rien que des riens qui ne vaillent

que miettes et la rumeur des caves la volonté

des mots à vouloir à tout prix se mêler des parfums

puis c’est comme du vent suspendu ou le train.

Paru le 1er janvier 2014

Éditeur : Jacques André éditeur

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Tchernobyl, récits

J’ai ramassé, dans les environs du réacteur, une pierre que j’ai longtemps eue posée sur la bibliothèque, je la regardais, parfois aussi je la prenais dans mes mains. Un ami qui passait chez moi et a appris d’où elle venait l’a jetée par la fenêtre.

Ingrid Storholmen, Tchernobyl, récits,Traduit du norvégien par Aude Pasquier, Éditions LansKine, 2019.