Tous les chemins ne mènent pas à Rome de Pierre Philibert

Tous les chemins ne mènent pas à Rome de Pierre Philibert

Voici le grand itinéraire d’un poète qui ne marche pas dans le droit chemin. Pierre Philibert, qui est aussi un infatigable animateur de la vie culturelle en pays stéphanois, est un adepte des chemins de traverse, ceux qui font fi des clôtures, des propriétés privées et des chasses-gardées. Ces vers qui semblent venir simplement, dits sur le ton de la confidence ou de la conversation, parfois proches de la fable, sont d’un grand amoureux de la vie. Si les chemins de ce mécréant ne mènent pas forcément à Rome, n’en déduisez pourtant pas qu’il ne croit vraiment en rien. Malgré le souci que lui donnent souvent ses contemporains, il ne tire jamais l’échelle. Il a l’œil critique et le sourire narquois, mais il ne renonce ni à la tendresse ni à la fraternité,

Paru le 1er juin 2004

Éditeur : Le Temps des cerises

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.