Ton-chan le glouton

Ton-chan le glouton

Voici une pépite de la ­littérature japonaise pour enfants publiée au début de l’ère Showa, période très particulière de l’histoire du Japon à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Un livre déroutant, pour petits et grands, au ton surréaliste, que certains qualifieraient d’absurde, mais ne nous y trompons pas. Des courtes scènes racontent l’histoire de Ton-chan, un petit cochon. Un jour il mange des détritus, un autre il engloutit du charbon, avale de l’eau savonneuse, dévore une balle… Ton‑chan mange tout ce qu’il voit, c’est sa raison d’être. D’ailleurs, l’histoire commence lorsque son amie la petite fille lui demande ce qu’il aime le plus au monde, à quoi il répond : c’est quand je peux manger que je suis le plus heureux.

Traduction de Véronique Brindeau.

Présentation d’Eko Sato.

Ton-chan le glouton, 80 pages, Ypsilon, novembre 2021.

Paru le 28 mars 2022

Éditeur : Ypsilon éditeur

Poème
de l’instant

Lettre à George Sand

25 juillet 1833,

Mon cher George,

J’ai quelque chose de bête et de ridicule à vous dire. Je vous l’écris sottement, au lieu de vous l’avoir dit, je ne sais pourquoi, en rentrant de cette promenade. J’en serai désolé ce soir. Vous allez me rire au nez, me prendre pour un faiseur de phrases dans tous mes rapports avec vous jusqu’ici. Vous me mettrez à la porte et vous croirez que je mens. Je suis amoureux de vous, je le suis depuis le premier jour où j’ai été chez vous.

Alfred de Musset, 1810-1857, Lettre à George Sand.