Tes pieds je les touche dans l’ombre

Auteur : Pablo Neruda

Tes pieds je les touche dans l'ombre

"Obscure est la nuit du monde sans toi mon amour,
et c’est à peine si j’aperçois l’origine, à peine si je comprends le langage,
avec difficulté je déchiffre les feuilles des eucalyptus."
P. Neruda
Traduit par Jacques Ancet

Découvert à l’occasion d’un minutieux travail de catalogage des manuscrits et tapuscrits originaux, ces poèmes ont d’ores et déjà créé l’événement : avant même qu’ils soient traduits en France, la nouvelle de leur publication en espagnol puis en anglais a été relayée par la presse internationale. Pourquoi cette ferveur, plus de quarante ans après la mort du poète ? Parce que Pablo Neruda demeure l’une des voix les plus populaires de langue latino-américaine et qu’il incarne, aux yeux de chacun, une figure immuable de la poésie de combat. Écrits entre 1956 et 1973, période de maturité du poète, et contemporains de La Centaine d’amour et du Mémorial de l’île noire, ces textes se présentent de façon modeste, comme des fragments, souvent griffonnés à l’encre verte sur des brochures, des menus, des prospectus (reproduits en fin de recueil dans un carnet de fac-similés de trente pages en couleurs).

Paru le 1er mars 2016

Éditeur : Seghers

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.