Tarabuste

Editions de poésie

Ouverture - Présence au monde - Contemporanéïté

Poésie étrangère
Poésie contemporaine
Poésie pour la jeunesse
Livres d’artistes
Revue de poésie

Type de livres  :
broché, illustré, avec gravure…

Mode de diffusion
Auto-diffusion

Année de création : 1986

Nombre de parutions par an : 20

Tirage moyen  : 1000 ex

Auteurs phares  : Louis Calaferte, James Sacré, Antoine Emaz, Jamel-Eddine Bencheikh…

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeur  : Djamel Meskache
Tél : 02 54 47 66 60

Contact

rue du Fort

36170

St Benoit du Sault

Longtemps l’Allemagne

1er juin 2009

Longtemps l’Allemagne

Nouvelle édition revue et augmentée

<i>Il est nuit</i>

1er mars 2009

Il est nuit

"tes chiens
tes chats ne t’ont pas retenu
la puce de bois
ne te pique pas
ta langue ne touche pas le plat
tu marches, marches
marches
marches, marches
ton nom s’éloigne, ton nom s’approche
dans un hoquet, on me laisse une journée, une nuit
comme si de rien n’était
les fleurs puent
s’il vous plait
ôtez les"

Fatrassier

1er septembre 2007

Fatrassier

Le Gai nocher de Françoise Clédat

1er mars 2007

Le Gai nocher de Françoise Clédat

"assis à l’arrière de la barque
peau sombre turban rouge le gai nocher
rame vers l’île ce n’est pas sa force qui rame sa force de rameur"

à qui le corps

1er septembre 2006

à qui le corps

Claire-ombre d’amour

1er septembre 2006

Claire-ombre d’amour

Arrimages de Lionel-Edouard Martin

1er novembre 2005

Arrimages de Lionel-Edouard Martin

Préface de Raphaël Confiant
"Dans son passé, l’avenir de toute langue. La poésie ne peut se constituer en brisure d’histoire, elle rompt ailleurs ses lances, mais elle hérite et du plus lointain poursuit le mythe."

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997