Tant suivre les fuyards

Jacques Vandenschrick

Tant suivre les fuyards
Les eaux noires glissaient près des campements, si pures sous les arbres des rives. On croyait entendre les guides conter sous les feuillages le récit de la fuite, les étendues amères parcourues chaque nuit, le vent arrachant les manteaux. Premiers jardins croisés au bord des rocs. Des femmes se lavaient. Le souvenir en vient à plusieurs. Un guide, si vieux qu’il pensait avoir reconnu d’anciennes pierres dressées, avait, par les larmes et le chant, avoué son désir.

Paru le 3 août 2022

Éditeur : Cheyne

Poème
de l’instant

Les Épîtres

Ami Jure,
Je te jure
Que désir,
Non loisir,
J’ai d’écrire.

Clément Marot, Les Épîtres.