Sylvia Plath, un galop infatigable

Auteur : Valérie Rouzeau

Sylvia Plath, un galop infatigable

" Ce n’est pas la biographie de Sylvia Plath qui fait Sylvia Plath ", écrit Valérie Rouzeau, comme pour expliciter le parti pris qui sous-tend son essai. Sans jamais verser dans la mise en avant exagérée d’éléments biographiques, l’auteur retrace de façon subtile le parcours de la poétesse et l’évolution de son œuvre. La plume de Rouzeau va chercher au-delà du mythe qui s’est constitué autour de certains épisodes de la vie de Plath (ses tendances suicidaires, son rejet de Dieu lors du décès de son père, sa séparation d’avec Ted Hughes). La statue de Sylvia Plath, imperceptiblement forgée par les années et la postérité, en vient à se fissurer peu à peu tout au long de l’essai. Valérie Rouzeau, s’interdisant les clichés réducteurs, s’attache à dresser un portrait de Sylvia Plath tout en nuances, permettant ainsi au lecteur de la redécouvrir. Si la mort est souvent convoquée dans ses vers, son œuvre n’est pas morbide, la vie, la volonté de vie, ne cesse d’y être réaffirmée.Loin de la neutralité de l’essayiste, Valérie Rouzeau nous fait entendre sa voix. Sa voix de lectrice spectatrice de l’œuvre de Plath. Sa voix de traductrice actrice dans l’œuvre de Plath. Ce texte, intimiste, mâtiné d’observations personnelles, de notes de lecture, n’est autre que le récit de l’éclosion d’un génie.

Née à Jamaica Plain (Massachusetts) en 1932, Sylvia Plath est une élève brillante et appliquée. Son père succombe d’une embolie pulmonaire, alors qu’elle n’a que huit ans. Étudiante, elle publie ses premiers poèmes et nouvelles dans différents magazines et reçoit plusieurs prix de poésie. En 1956, elle se marie en secret avec Ted Hughes, un poète encore inconnu. Leur séparation, 6 ans plus tard, marquera le début d’une période d’écriture effrénée de poèmes, parmi lesquels figure Ariel, son chef-d’œuvre. Elle continuera d’écrire avant de se suicider le 11 février 1963.

Paru le 1er mars 2003

Éditeur : Jean-Michel Place

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.