Suture d’Odette Pagier

Suture d'Odette Pagier

Extrait

"Je viens ici.
Comme une qui a erré dans les champs, dans les jours au -delà, à la recherche d’une absence, comme une à laquelle il est donné de vivren je viens dans la petite église romane.
Elle est là, sur la place déserte, à côté de la vieille tour, entre la forge et le vieux cimétière qui lui enserre le choeur, devant des maisons inhabitées.
Je viens dans ce silence particulier abriter ma vie : je viens de vivren, je vis, je vivrai. Un vie prêtée. "

Paru le 1er janvier 2004

Éditeur : Atelier La Feugraie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Philip Larkin

Où vivre, sinon ?

Est-ce pour maintenant ou pour toujours
Que le monde est pendu à une tige ?
Est-ce pour un rendez-vous ou par ruse,
Ces bois trouvés pour aller faire un tour ?

Est-ce miracle ou mirage
Si vers les miennes se lèvent tes lèvres ?
Et les soleils, comme des balles de jongleurs,
Sont-ils une feinte ou un gage ?

Darde tes feux, mon ange surprenant,
Faisant front de tes seins à la peur coupe court,
Te prenant maintenant, je te prends pour toujours,
Car le toujours est toujours cet instant.

Philip Larkin, Où vivre, sinon ?, Traduit de l’anglais par Jacques Nassif, Éditions de la Différence, 1994.