Sur une confidence de la mer grecque d’Andrés Sánchez Robayna, Antoni Tàpies

Sur une confidence de la mer grecque d'Andrés Sánchez Robayna, Antoni Tàpies

« À cette double suite de poèmes d’Andrés Sánchez Robayna, où dialoguent passé et présent, disparitions et épiphanies, éternel et éphémère, répond, porté par la même tension, chaque dessin de Tàpies : présence charnelle des empreintes de mains sur la blancheur sans fond de la page, signes désordonnés de ce qui se défait et se fait, disparitions, apparitions.
« Ce n’est pas la première fois qu’Andrés Sánchez Robayna travaille avec Antoni Tàpies, mais c’est la première fois que leur collaboration est aussi étroite. Sans doute parce qu’une même recherche les anime. Par-delà les images familières, les routines perceptives de la réalité, mais en même temps avec elle, avec ses matières, ses objets usés, la quête de cet illimité, de ce vide de formes que traverse une énergie, où tout s’abîme et s’engendre à la fois. À cette double suite de poèmes où dialoguent passé et présent, disparitions et épiphanies, éternel et éphémère, répond, porté par la même tension, chaque dessin de Tàpies : présence charnelle des empreintes de mains sur la blancheur sans fond de la page, signes désordonnés de ce qui se défait et se fait, disparitions, apparitions. D’où le prix de ce petit livre. La fraternité de ces deux démarches qui, chacune à sa manière, répond aux sollicitations de l’inconnu. » Jacques Ancet

Paru le 1er février 2008

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Ana Istarú

Saison de fièvre

Yo soy el día.
Mi pecho izquierdo la aurora.
Mi otro pecho es el ocaso.

Je suis le jour.
Mon sein gauche l’aurore.
Le droit, le crépuscule.

Anna Istarú, Saison de fièvre, Traduit de l’espagnol (Costa Rica) par Gérard de Cortanze, La Différence, Éditions Unesco, 1997.