Sillons de Laura Tirandaz

Sillons de Laura Tirandaz

texte de Laura Tirandaz
linogravures de Judith Bordas

Inspiré d’un port de Méditerranée, Sillons est une promenade dans une ville, au travers de ses rues, ses places, ses scènes de la vie quotidienne. Dans ce poème en prose, différents motifs se croisent et certains personnages reviennent, une femme avec un enfant, une autre qui attend, un homme à une terrasse. Sillons entraîne le lecteur dans une réalité captée toute entière à travers la matière du corps, des visages et des gestes. Ce présent qui échappe et que l’œil cherche à déceler, avec avidité et inquiétude, avant que le soir ne tombe.
Le poème tisse une toile où tout est lié : regard, forme, souvenir et souffle. Un présent englouti par le regret de ce qui n’est plus ou pas encore.

« Ils passent et repassent se cognent les uns contre les autres et s’excusent ne sachant plus qui de celui de droite ou de gauche va passer en premier l’un se rétracte rentrant le renflement du ventre pour une fois l’homme passé reprendre sa place au soleil on peut dire qu’il apparaît de plus en plus on entend des orgues souffler et parfois quand un rire surgit on se rappelle que la mer n’est pas loin »

Paru le 1er juin 2017

Éditeur : Aencrages&Co

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.