Seuil

Contact

27 rue Jacob

75006

Paris

Où que je sois encore d'Arnaud Maïsetti

1er janvier 2008

Où que je sois encore d’Arnaud Maïsetti

Collection Déplacement.
"Des voix donc. Des voix qui creusent de la manière la plus directe et la plus simple la saisie du monde un temps offert à sa profération possible…"

Poétique n°152

1er janvier 2008

Poétique n°152

La mondialisation et le développement des réseaux d’information bouleversent à ce point nos codes de communication, notre langage et notre littérature que nous oublions que le XIXe siècle, avec le brutal essor de la presse, fut plongé dans un bouleversement comparable.
Le présent essai revient sur la naissance des cette civilisation du journal qui entraîna la France dans l’ère médiatique. Paradoxalement, la littérature se trouve au cœur de ce changement : alors qu’elle semble submergée par le nouveau (…)

Abadôn de Michèle Dujardin

1er octobre 2007

Abadôn de Michèle Dujardin

Dans la nouvelle collection "Déplacement Seuil", entre prose et poésie, dirigée par François Bon.
Abadôn, dans le livre de Job, c’est la perdition, l’égarement.
Égaré : sur une île, un quai, dans une ville, une chambre d’hôpital. L’espace a toujours des murs envahis de lierre, celui de l’enfance persistante, parasite, il a toujours la mer, qui lui donne ses proportions, ses chiffres et ses rythmes.
L’égarement n’a pas d’île, de ville ni de quai, ni de chambre, mais une écriture qui se gagne sur la nuit (…)

La loi des rendements décroissants

1er octobre 2007

La loi des rendements décroissants

« La contre-littérature ne sera pas le contraire de ce qui s’écrit. » Une sorte de défi : 201 fragments, par ordre de taille croissante, se saisissent d’autant de problèmes liés aux relations individuelles dans une entreprise. Il y a de l’économie politique, des notes de service, des micro-fictions du travail moderne, avec ses nouveaux outils, les paillettes de la communication, Internet ou la sécurité sociale. Dans une langue qui met joyeusement tout cela sur une table d’autopsie. Et ce récit qui (…)

Le Dehors et le dedans de Nicolas Bouvier

1er avril 2007

Le Dehors et le dedans de Nicolas Bouvier

ENTRETIEN AVEC ANTOINE EMAZ
Caisse claire réunit vos premiers
recueils de poésie
(1990-1997).
Que représentent-ils pour vous aujourd’hui ?
Du passé présent. Ce qui reste et résiste en mots d’une dizaine
d’années de vie. C’est la première édition de poche de votre œuvre. Cela at-il un sens particulier à vos yeux ? J’ai toujours publié chez ce qu’il est convenu d’appeler la « petite édition ». En ce sens, le « poche » est une reconnaissance de ces éditeurs, des lecteurs et de certains libraires, autant que (…)

Partition rouge (poèmes & chants des Indiens d'Amérique du Nord)

1er avril 2007

Partition rouge (poèmes & chants des Indiens d’Amérique du Nord)

Introduction et traduction Jacques Roubaud et Florence Delay
Premiers occupants des territoires d’Amérique du nord, les Peaux-rouges ont fondé la légende de leurs origines à travers le chant incantatoire et le récit épique de leur émergence au monde. C’est là la trace première d’une poésie cheyenne résolument tournée vers la désignation des êtres et des choses, soucieuse de donner vie au réel en lui donnant un nom. Mais la poésie amérindienne, c’est aussi une ode à la nature, en tout digne et superbe, (…)

Poèmes païens d'Alberto Cairo et Ricardo Reis de Fernando Pessoa

1er mars 2007

Poèmes païens d’Alberto Cairo et Ricardo Reis de Fernando Pessoa

Préface Patrick Quillier, traduction de Chandeigne, Quillier, Camara Manuel, aliete Galhoz, Seabra)
Pessoa est l’homme de tous les hétéronymes : il est selon les heures Alvaro de Campos, le voyageur intranquille au tourment passionné, Bernardo Soares, l’insoupçonnable gratte-papier à la prose somptueuse, Alberto Caeiro, le prosaïque heureux ou Ricardo Reis, latiniste et médecin distingué. A ces deux derniers personnages, ces deux facettes complètes d’un complexe lui-même, il confie la tâche d’un (…)

Poème
de l’instant

James Noël

Brexit

Aux yeux des étoiles, les murs et les gratte-
ciels sont des géants aux pieds d’argile Les
étoiles, ça roule des reins et cille des yeux
dans leur migration hautement lucide Pour
elles, le monde est plat et sans hauteur dans
son asphalte, donc ils ne constituent pas une
preuve solide, indéboulonnable dans l’univers

James Noël, Brexit, suivi de La Migration des murs, Éditions Au diable vauvert / 2020.