Serge Pey par Arlette Albert-Birot

Auteur : Serge Pey

Serge Pey par Arlette Albert-Birot

Rien de plus difficile que de pénétrer dans l’univers poétique de Serge Pey. Être polymorphe, il est poète, récitant et acteur, et n’hésite pas à allier deux formes d’expression, en apparence contradictoires : l’oralité et l’écriture. De cette union hybride est née la « poésie-action », dont Serge Pey tente d’explorer les moindres aspects, à la fois dans ses poèmes et dans ses performances.

Arlette Albert-Birot nous propose de découvrir l’œuvre du poète à travers l’homme. Elle nous en avertit d’emblée : « On ne trouvera ici ni un essai sur Serge Pey ni une analyse de sa poétique. J’ai d’abord admiré l’œuvre puis j’ai appris à aimer l’homme ; je ne peux plus séparer l’un de l’autre. »

Elle met à nu les multiples facettes de ce « tisserand des mots » : poète démiurge, poète acteur, poète « marcheur » et engagé, « champteur » – car tout poète est un créateur de champ – ou encore, « poète aux bâtons ». Serge Pey aime cette dernière appellation. En effet, le bâton est au centre de sa poétique et symbolise la poésie-action : « Entre l’auditoire et lui, il y a le bâton ; il figure le concept de poésie-action, comme un trait d’union qui sépare. »
Le lecteur n’a plus alors qu’à emboîter le pas au bâton du pèlerin-poète et à se laisser guider, par Arlette Albert-Birot, dans la demeure mystérieuse d’un poète composite.

Paru le 1er septembre 2006

Éditeur : Jean-Michel Place

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Chants des saisons

Les poissons des rivières et des lacs,
N’envions pas leurs jeux
Après le retour du pêcheur
C’est le héron qui les guette
Toute la sainte journée, ils plongent et émergent
Ils n’ont point d’heures oisives

Li Jōng-bo, Chants des saisons, Anthologie bilingue de la poésie coréenne par Maurice Coyaud, Les Belles Lettres, 2009.