Sept poètes latins chantent l’amour

Sept poètes latins chantent l'amour

Anthologie
LUCRÈCE, CATULLE, VIRGILE, HORACE, TIBULLE, PROPERCE, OVIDE

Textes choisis, traduits, présentés et commentés par Henri Husser
Bilingue
Hors Collection

Entre 78 av. J.-C. et 18 apr. J.-C., au siècle de César et d’Auguste, le plus troublé de la République et le plus prestigieux de l’Empire, se concentrent les plus grands poètes latins : Lucrèce (-98/-55), Catulle (-82/-52), Virgile (-70/-19) Horace (-65/-8), Tibulle (-50/-19), Properce (-47/-15), Ovide (-43/17).
Que dire de l’amour dans cet univers où il ne fait qu’un avec jeunesse et beauté ? Que l’émoi amoureux entretient des liens étroits avec la culture et la société, mystérieux avec l’écriture, plus ou moins élastiques avec les modes et les conventions littéraires.
L’important pour nous, après deux millénaires, est qu’on écrit l’amour parce qu’on aime, qu’on aime encore parce qu’on l’écrit, et qu’on l’écrit encore parce qu’on se souvient d’avoir aimé naguère.
Au lecteur, s’il a quelque idée sur notre conception moderne de l’amour, de voir la part de celle-ci dans l’héritage latin.

Paru le 7 octobre 2003

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.