Se jeter à l’eau de Geneviève Casterman

Se jeter à l'eau de Geneviève Casterman

Dos crawlé, brasse coulée, nage papillon, plonger, apprendre à nager, sauter, couler, boire la tasse, remonter, reprendre son souffle, trouver sa vitesse de croisière, garder la tête hors de l’eau… À la piscine, c’est un peu comme dans la vie : on commence tous par se jeter à l’eau.

C’est une longue piscine qui se déroule sous nos yeux, de la petite à la grande profondeur. Du nageur assuré à l’apprenti plongeur, ils sont tous là pour nager, chacun à sa manière.

Le livre se déploie en accordéon : on commence par les petits, l’eau se fait découverte, crainte ou victoire. Puis vient l’assurance, le jeu, les premiers exploits. Enfin, les nageurs confirmés se lancent dans des séries de longueurs, parfois de manière hypnotique…
En famille, entre amis, avec l’école, la piscine devient lieu de retrouvailles.

Alors que papillonnent sous nos yeux plus de 150 nageurs, Geneviève Casterman nous plonge dans ses pensées, celles qui flottent à la surface de sa tête au cours d’une séance de longueurs.
Car nager ne l’empêche pas d’observer ses voisins de couloir : leur attitude ou leurs postures, comme si la piscine se transformait en gigantesque laboratoire de l’humanité…

Le dessin de Geneviève Casterman, entre ligne claire et dessin de croquis, foisonne de détails qui font sourire par leur justesse.

Un regard qu’elle pose avec tendresse et humour, à mettre entre toutes les mains !

Paru le 1er novembre 2018

Éditeur : Esperluète Editions

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.