Se donner le pays, paroles jumelles de Déwé Gorodé et Imasango

Se donner le pays, paroles jumelles de Déwé Gorodé et Imasango

Pendant de longs mois, deux femmes de Nouvelle Calédonie ont entretenu un dialogue par la poésie. Deux femmes de générations, de conditions et de couleurs différentes, qui partagent la même terre et veulent parcourir ensemble les mêmes chemins de paix. Pour écrire ce livre, Déwé Gorodé et Imasango se sont rencontrées, tantôt chez l’une à Nouméa, tantôt chez l’autre à Ponérihouen, dont le nom en langue paicî désigne l’embouchure d’un fleuve. Les déchirures du pays, le deuil au seuil de la case, la lutte indépendantiste, la crainte de nouveaux conflits, la place des femmes, la sexualité « imposée ou non », l’éducation des enfants, la puissance tellurique de la Grande Terre…, aucun sujet n’a été écarté, aucun tabou n’a fait taire leur « parole jumelle ». C’est pour publier de tels livres que je suis devenu éditeur. Un appel à résister par la poésie.

Extrait :

« Dewé : Paix humilité en nous
captives de l’entre-deux rives
entre la vie et la mort
dos à dos en année lumière
où la paix entre ici
en éden d’île de lumière
où le paradis est ici en nous »

« Imasango : Pour l’âme de l’île
ses hommes
ses paysages
ses manquements
son histoire à bâtir
Avec les divergences
que l’on accepte
pour former une famille
donnons-nous le pays
reprenons-le en mains »

Paru le 1er juillet 2016

Éditeur : Editions Bruno Doucey

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.