S’effondrer sans de Nicolas Grégoire

S'effondrer sans de Nicolas Grégoire

Ce poème est un travail de mémoire tout en se donnant témoin du présent. Les mots semblent décrire le manque de mots, la poésie semble être là pour dire ce qu’on ne sait pas dire. Elle laisse ici assez d’espace, de l’air entre les mots qui cherchent à sortir pour éprouver ce monde, celui dans lequel le poète évolue. Jour après jour. Le poète se donne comme devoir de dire le présent, de questionner la raison d’être, le pourquoi d’exister, de trouver une place au milieu d’une certaine violence ancrée dans ce paysage.

Paru le 1er septembre 2016

Éditeur : Aencrages&Co

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.