Rue du Monde

Rue du monde, maison d’édition jeunesse créée il y a dix ans, publie des livres pour interroger et imaginer le monde. Son fonds poésie est particulièrement riche et cherche à ouvrir les enfants dès leur plus jeune âge aux mots des poètes, français ou étrangers. La collection Petits Géants met par exemple à la portée des 2-4 ans de grands auteurs du monde entier.
Avec ses 11 anthologies thématiques (les langues du monde, le racisme, la
paix, l’humour, la nature, la francophonie) plébiscitées notamment par le
monde enseignant, Rue du monde a largement renouvelé le corpus des poèmes
appris à l’école et au collège.


Genre :

Edition collection Poésie Jeunesse

Type de livres (poche, broché, illustré, avec gravure, plaquettes…)
Cartonné et illustré

Mode de diffusion, distribution – VPC :
Distribué en librairie par Harmonia mundi

Année de création  : 1996

Nombre de parutions par an  : 20

Tirage moyen  : 5 000

N’accepte pas de recevoir des manuscrits car ne publie en poésie que des anthologies.

Editeur : Alain Serres
Tél : 01 30 48 08 38 / Fax : 01 30 57 90 82
ruedumonde@wanadoo.fr

Contact

5 rue de Port Royal

78960

Voisins-le-Bretonneux

Planète poésie

1er octobre 2002

Planète poésie

de Jean-Marie Henry, images de Zaü, Yan Thomas et Nathalie Novi
Trois livres sont réunis dans ce coffret-cadeau exceptionnel.
La cour couleurs (préface d’Albert Jacquard) et Naturellement (préface d’Hubert Reeves) constituent un duo original autour de la Terre, la diversité de ses habitants et la richesse de la nature. Et le troisième titre est un livre blanc intitulé Ma planète Poésie, anthologie des poèmes que j’aime. Une anthologie à constituer soi-même en piochant dans les poèmes appris à (…)

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997