Rougerie

Voir les hommages de :
Bernard Mazo sur la revue Texture :
http://revue-texture.fr/spip.php?article293

et celui de Guy Allix
http://guyallix.art.officelive.com/Renerougerie.aspx

Plus de 55 ans de résistance en poésie

Rougerie "ce n’est pas une école mais un jardin."
"Je publierai donc ce que j’aime, uniquement ce
que j’aime. Revendiquant même le droit de me tromper. Refusant toute étiquette, ne me laissant enfermer dans aucun système."

Pour une défense de l’édition artisanale :

"J’aime la chaleur du papier bouffant, que le caractère pénètre à chaque tour de machine. L’impression est à la fois lutte et amour. Le caractère doit blesser la feuille et lui donner sa dimension, sa noblesse (aujourd’hui, hélas ! le caractère est gris, l’impression plate). J’aime sentir l’odeur du papier et l’encre mêlés, et aussi leur poids qui donne son image concrète au poème"
Rougerie

Editions de poésie contemporaine, de livres d’artistes (tirages de tête)

Type de livres
Broché, avec gravure pour les tirages de tête

Mode de diffusion
Par soi-même

Année de création  : 1948

Nombre de parutions par an depuis 2018 : 3-4

Tirage moyen : 500 ex
Sur Paris, la librairie SPE (15e) est dépositaire du fonds des éditions. Avec celui d’ autres confrères.


Auteurs phares
 :
Les anciens, ces "passeurs de mémoire" : Pierre Albert-Birot, Bousquet, Max Jacob, Saint-Pol Roux, Segalen, Suarès, Vitrac.
Plus récemment : Seuphor, Audejean, Béalu, Clerbout, Gabriel, M. Van Hirtum, Alain Morin, Paul Pugnaud, Rousselot…

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeurs : René et Olivier Rougerie
Tél : 05 55 68 00 93

Contact

7 rue de l’échauguette

87330

Mortemart.

La note bleue de Jacqueline Roques

1er septembre 2008

La note bleue de Jacqueline Roques

Elle s’est écoulée dans la vie comme une larme glisse sur la joue, laisse une fine brûlure". Le nouveau recueil de Jacqueline Roques est d’une poésie tout intimiste s’appuyant sur la mémoire, où tout est délicatement susurré dans l’acceptation de l’ordre des choses. La note bleue est variation mélodique sur la perte l’inexistence… De cet ensemble de proses poétiques émane une petite musique, celle de Schubert dont les notes "exhalent comme une fleur de nuit". Face à cette déliquescence reste les mots : "que (…)

Traversé

1er septembre 2008

Traversé

"Si grand est notre besoin de respirer.
La poésie, c’est ce ressac dans notre mémoire reptilienne.
Nous arrivons tous de la mer.
Sommes-nous rassurés pour autant ?"

Chambres d'écho

1er avril 2008

Chambres d’écho

"Malgré la langue
il n’y a pas de poème
sans arrière pays"

Entre cendre et lumière

1er mars 2008

Entre cendre et lumière

"Tu auras mis au monde
un être de plein vent
il ressemble à l’aïeul
qui prédisait le temps
en questionnant le ciel
au tournement des feuilles
Partition sinueuse
d’une flûte aux aguets
dans une liturgie
de plantes et de pierres
singulier il progresse
en tailleur de roseau
en oiseleur de rêves"

Con comme la lune

1er janvier 2008

Con comme la lune

"Silhouette
Il traînait ses dix-huit ans
les yeux dans le vague,
perdu dans un large blue-jean
dont le cul lui arrivait aux genoux
Il avançait d’un pas fatigué et lent
comme s’il avait chié dedans."

Le soldat mort

1er janvier 2008

Le soldat mort

"Je fais et défais le soir, la nuit distribue ses spectres, et de ma fenêtre voilée je me rêve descendant les jardins de la vieille église, je me situe régnant sur les pierres, je suis le soldat mort."

Le Prince des Lisières

1er septembre 2007

Le Prince des Lisières

"Le jour se lève à l’Est
Chaque matin pour ma surprise
Et c’est sur la colline
A peine une clarté
Qui décide des blés
Du vent des cieux et des bois
Reviendrons-nous sur les chemins
Vers l’étang creux
Où s’inventait le monde
Où la promesse est toujours neuve
Comme une crosse de fougère
Sous la paume d’un enfant-roi ?"

Couleur femme

1er septembre 2007

Couleur femme

"Le mot mystère
tout entier s’enveloppe
dans un sac de Femme.
Myope
devant cet abîme
l’Homme pressent l’explosion
des visions de Saint-Jean.
Acre sacre
Femme est Vie
Homme sent
ce tourment."

Archives de neige

1er septembre 2007

Archives de neige

"Le crayon
creuse
à même
la bruine
laboure
une vie
dans son chagrin
son endurance
Visage qui penche
de fatigue
les yeux scellés
de brume
Absence
ou repli extrême
à l’intérieur capté
à la mine grave
Quelle en-tête
pour l’âme
cette femme
de Plougastel"

Passage des amers

1er septembre 2007

Passage des amers

"De ce qui existe
je rendrai compte
des harmonies englouties entre les rives
des visages aimés
qui se retirent dans le brouillard
Nous somme partis
sans espoir de retour
battus par les vents
dispersant le sel de nos origines
Le chant s’est brisé
et nulle musique ne nous retiendra
sur les marges du passé
Les empires de l’enfance sont détruits
Demeure sous nos regards secs
l’horizon de terres nues
Le désert est notre (…)

Poème
de l’instant

L’ARDEUR COSMIQUE

L’Ordre et la Vérité sont nés
de l’Ardeur qui s’allume.
De là est née la Nuit.
De là l’Océan et ses ondes.

De l’Océan avec ses ondes
naquit l’Année,
qui répartit jours et nuits,
régissant tout ce qui cligne des yeux.

Rig-Véda, « L’ARDEUR COSMIQUE », traduit du sanskrit par Louis Renou, Du feu au cœur du vent, Trésor de la poésie indienne, Édition de Zéno Bianu, Poésie/Gallimard, 2020.