Romencero gitano / Romances gitanes de Frederico Garcia Lorca

Romencero gitano / Romances gitanes de Frederico Garcia Lorca

Traduction nouvelle de l’espagnol par Michel Host. Prix Goncourt 1986.

Restituer la mélodie, les rythmes, les battements du cœur, la froideur géométrique, les clartés et les ténèbres de F.G. Lorca, en cherchant à préserver ce furtif duende gitan et andalou qui est toute son âme, c’est ce qu’a tenté Michel Host dans cette traduction nouvelle du Romancero Gitano.

(…)
Des brises de roseaux mouillés
et la rumeur de voix anciennes
résonnaient au travers de l’arc
brisé du mitan de la nuit.
Les bœufs et les roses dormaient.
Mais voilà, par les hauts corridors
les quatre lanternes clamaient
avec la fureur d’un saint Georges.
Tristes les femmes dans le val
descendaient son sang, du sang d’homme,
sang tranquille de fleur coupée,
sang amer d’une jeune cuisse.
Et les vieilles femmes du fleuve
pleuraient au pied de la montagne
une minute infranchissable
de chevelures et de noms.
(…)
Extrait de Mort d’amour, in Romancero Gitano
de F.G. Lorca

Copyright Editions Alcyone : traduction en français de Michel Host

Paru le 1er février 2017

Éditeur : Editions Alcyone

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.