Rienne de Rodica Draghinescescu

Rienne de Rodica Draghinescescu

Le travail de Rodica Draghincescu présenté ici suit un travail plastique, comme le précise l’avant propos de l’auteur. L’écriture mime l’émiettement de l’installation de la plasticienne roumaine Suzana Fântânariu, dont le travail est internationalement reconnu. La rencontre des deux artistes, la plasticienne et la poète est sous le signe d’un lien profond à la fois personnel et historique. Toutes deux explorent une mémoire éclatée et douloureuse. Le terme de « tissu-texte » employé par Rodica Draghincescu dans son avant propos décrit bien ce travail où texte et installation constitue se donnent à lire de manière continue. Ce texte, qui prendra place dans le hors format de la collection destiné à recevoir des travaux croisés de poètes et plasticiens, correspond à la visée de ce dernier, qui est de mettre en avant ce dialogue privilégié.

Paru le 1er décembre 2015

Éditeur : L’Amandier

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.