Revue Europe

n° 1092 – Jean Racine – avril 2020

Revue Europe

Il existe, de longue date, une légende noire à propos de Racine, souvent présenté sous les traits d’un ambitieux à qui un talent hors du commun aurait ouvert la voie d’une ascension inespérée. Passant outre à la légende, cette livraison d’Europe offre l’intérêt de mettre en lumière l’aspect protéiforme du visage racinien, constamment tiraillé entre plusieurs identités qui coexistent : étudiant modèle et pamphlétiste redoutable, humaniste indéfectible et avocat en puissance, poète de salon et historiographe de terrain, dramaturge innovant et éditeur exigeant, fervent croyant et courtisan déférent… Les multiples facettes de Racine obligent à en restituer un visage complexe, parfois chaotique et mystérieux, échappant à toute étiquette définitive et contribuant ainsi à une richesse herméneutique inépuisable. L’enjeu de ce numéro est de permettre de mieux connaître l’homme et de mieux comprendre l’œuvre d’un immense poète qui fut aussi un « suprême romancier d’âmes ».

Alain Génetiot, Tristan Alonge, Laurence Plazenet, Emmanuel Bury, Jérôme Lecompte, Katsuya Nagamori, Jean-Yves Vialleton, Larry F. Norman, Georges Forestier, Charles Mazouer, Michael Hawcroft, Jennifer Tamas, Alain Riffaud, Christian Biet, Annie Piéjus, Rainer Zaiser, Michel Delon, Olivier Barbarant, Jean-Michel Rabeux, Claude Degliame.

Cahier de création :

André Miquel, Nathalie Garbely, Pierre Vinclair, Shauna Barbosa, Werner Lambersy, Gabriel Zimmermann, Serge Ritman, Margo Berdeshevsky.

Paru le 1er avril 2020

Éditeur : Europe

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.