Récipients d’air

Auteur : Valérie Rouzeau

Récipients d'air

Au travers de jeux de sonorités et de sens, pour le bonheur des petits et
des grands, Valérie Rouzeau donne un chant grave et profond quand la vie, et ses cailloux dans nos chaussures, se fait parfois trop lourde.
« Je suis toujours enfant, je dessine avec soin de longs chemins de fer, et
des bateaux dansant
( J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans)
Mon beau navire ô ma mémoire
Il y a aussi un coucou en bois
il y a une fondrière avec un nid de bêtes blanches
(Mais l’espérance est une toute petite fille…) »

Paru le 1er avril 2005

Éditeur : Le Temps qu’il fait

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Eugenio de Andrade

Blanc sur Blanc

Traverser le matin jusqu’à la feuille
des peupliers,
être frère d’une étoile, ou son fils,
ou peut-être père un jour d’une autre lumière de soie,

ignorer les eaux de mon nom,
les secrètes noces du regard,
les charbons et les lèvres de la soif,
ne pas savoir comment

l’on finit par mourir d’une telle hésitation,
un si grand désir
d’être flamme, de brûler ainsi d’étoile
en étoile,

jusqu’à la fin.

Eugenio de Andrade, Blanc sur Blanc, Traduit du portugais par Michel Chandeigne, Éditions de la Différence, 1988.